Archive | mai, 2012

Étonnante Russie…Surprising Russia…Удивительная Россия

28 Mai

Aujourd’hui, pas de grande philosophie sur le monde…

simplement quelques petites différences entre la France et la Russie.

Dans le centre ville de Luga, affiche pour le « день победы » (Dien Pabiedi), le jour de la victoire, célébré le 9 mai.

1) La Guerre 1939 – 1945

Pour nous il s’agit d’un terrible évènement sanglant, majoritairement orienté sur l’holocauste et sur la perte de millions de civils.

Pour les Russes, il s’agit de la Grande Guerre Patriotique, le pays a perdu plus de 30 millions de personnes et les vétérans font la fierté du pays.  On ne célèbre pas le 8 mai la fin de la guerre mais  le 9 mai  jour de la victoire. Tous les Russes se sentent concernés, les rues sont pleines et les vétérans reçoivent des fleurs de la part d’un grand nombre de passants.

Dans le centre ville de Moscou, affiche pour le « день победы » (Dien Pabiedi), le jour de la victoire, célébré le 9 mai.

2) Parfois une autre conception de l’art…. 

Tout près de chez moi il y a cette sculpture, si nous pouvons cependant la dénommer ainsi.

Pourtant, question art je suis assez ouverte,  mais là j’avoue que je sèche un peu… Luga aurait besoin de quelque chose de plus gai et de positif qu’un vieil engin militaire.  Mais personne ne s’en est jamais plaint apparemment…

En France, nous avons le 1% culturel, là j’ai un peu du mal à déceler le côté artistique de la chose. Je suis sceptique…

3) Un détournement d’objets quelque peu surprenant

Un pneu… pourquoi pas, personnellement je me serais abstenue. Mais il ne faut pas s’arrêter aux différences culturelles.

Je pense qu’en hiver ces pneus doivent avoir une certaine utilité pour délimiter le terrain, mais avec la verdure ça a un peu un côté art moderne à côté de la plaque…

Surprise, ce n’est pas UN pneu, mais TROIS…. encore plus beau quoi…
Michelin peut aussi se lancer dans l’aménagement d’extérieurs, je suis sûre que cela aura beaucoup de succès… !

4) Une franchise à toute épreuve

Les Russes sont des personnes très franches, ce qui est vraiment appréciable. S’ils vous disent non, ce sera clairement non sans jamais se fâcher

  • par exemple « non, je ne peux pas répondre à ta question, tu me gènes j’étais en train de réfléchir à autre chose ».
  • « Non je ne peux pas te déposer en voiture, ça me fait vraiment un détour, trouve-toi quelqu’un d’autre »
  • « Je travaille désolé, pas disponible »

Ma réaction initiale : « Ah…..bon…. Voilààà…. Ok…. bon, merci ça marche… »

En France nous avons quelque fois tendance à tourner autour du pot pour ne pas vexer ni l’un , ni l’autre, trouver un compromis. Généralement, en Russie, les prises de becs sont sans rancunes, on se dit les choses une bonne fois pour toute et on passe à la question suivante.

D’un autre côté, s’ils vous  disent oui ou vous invitent chez eux, ce sera toujours avec sincérité et une véritable envie de vous faire partager leur quotidien.

Par exemple, lorsque j’étais invitée à Moscou chez Anastasia, jeune Russe Moscovite (ndlr: plutôt dans les standards très jolie, grande, mince, blonde, les yeux bleus et des allures de top model) j’ai eu le droit à un accueil  de ministre !

  • On vient te chercher et on te ramène en voiture à la gare
  • On va te faire les courses
  • Je te laisse ma chambre
  • Que veux-tu faire au programme
  • Je te fais à manger
  • Nous t’invitons cet été dans notre Datcha… !  
S’il vous disent qu’il y a un chien méchant, c’est aussi la vérité…  j’en ai fait les frais la première semaine, mon mollet s’en souvient encore !
Pas de quoi vous plaindre, vous êtes prévenu, à vous de faire attention. Comme quoi il est nécessaire d’être toujours très attentif à son environnement… umpf !

L’écriteau que j’aurais du voir dès le premier jour… mais que je n’avais pas vu !

à bientôt,
Laura
Publicités

Le printemps débarque en Russie ! Springtime in Russia ! Весна Приходит в Россию !

27 Mai

Faisons la peau aux idées reçues, la Russie n’est pas recouverte de neige 365 jours par an.

Bien qu’il se soit fait attendre, fin avril le printemps a décidé d’être un mec cool, et d’arriver ENFIN à Luga. Et comme le printemps est un mec vraiment cool, il a décidé de squatter un peu ! À vrai dire je lui laisse carte blanche, il peut rester autant de temps qu’il veut, c’est ma saison préférée  (en plus on a une chambre de libre alors ça tombe bien) !

Les abords de la gare au printemps.

Une vue très bucolique de la gare.

Le printemps Russe, c’est tout vert ! Et je vais vous étonner, il y a une explication tout à fait rationnelle à cette prolifération végétale. En effet une alternance de « oh qu’il fait beau » et de «Et mince… paf la pluie sur ma tronche… »  procure une force surpuissante à nos amies les mitochondries qui, du coup, bossent à fond les ballons après quelques mois d’hibernation. C’est le règne de la photosynthèse !

Il fait officiellement beau, ça y est !

Résultat, tout le monde est content, il fait beau, les jours se rallongent, on peut manger dehors, faire des шашлык (shashlik), prendre le soleil, et aussi, activité très appréciée des Russes de tout âge et de tout sexe, aller s’envoyer des bières dans les parcs… Bref, c’est la joie de sortir de l’hiver!

sport national très populaire, boire un coup dans les parcs.

Les vélos et les ballades sont maintenant de rigueur ! Il faut d’ailleurs que je pense à aller m’en acheter un !

Le soleil qui se couche de plus en plus tard et se lève de plus en plus tôt.

De mon côté, si je ne m’enivre pas à la vue de tous les inconnus, je délaisse l’ администрация (Administratzia) pour пирожковая (Pirojkovaya, la boutique à Pirajoks).

Cet endroit dispose d’une terrasse, ce qui lui confère un avantage concurrentiel durable.  Il s’agit d’une sorte de  « fast food » (d’ailleurs le seul de Luga) mais avec de la nourriture typiquement russe, le tout servi dans des assiettes en plastique… du très haut standing quoi.

Alexey et Maxim à пирожковая.

Question météo j’ai pour l’instant vu la Russie sous trois options possibles,

  1. Le blanc immaculé de l’hiver _ synonyme de qu’est-ce qu’on se les gèle mon dieu par -25° C
  2. Le marronnasse boueux cracra du dégèle
  3. Le vert resplendissant _ début du printemps annonciateur des nuits blanches, de la fournaise estivale et des attaques d’insectes voraces en tout genre (ndlr attention à la piqûre de  la tique encéphalite qui vous file la méningite, le risque est de finir soit débile soit mort, vision qui ne m’enchante que très moyennement)
  4. Et j’imagine que nous passerons forcément en phase 4  par un bel orange automnal.

J’allais oublier, ici tout fleurit, les tulipes, les lilas (que j’apprécie tout particulièrement) mais aussi les V.I.E !

Et paf, ça pousse comme par magie ! Depuis cette semaine, Adrien, originaire de Bourgogne a fait son apparition dans notre usine. Pour rassurer sa copine et sa famille, hop, une photo, regardez il est en un seul morceau et n’a même pas peur des chiens méchants !

Adrien, ingénieur spécialisé en logistique, nouveau VIE et aussi colocataire par la même occasion

Le lilas très important, il y en a partout et bien plus beaux que ceux de Nice !

Voilà,  je tenais à vous rassurer, au mois de mai nous ne sommes officiellement plus ensevelis sous la neige.

A bientôt,

Laura

L’attaque du gâteau à la crème ! The cream cake attack! Атака кремовым тортом!

25 Mai

Vous avais-je dis que les sucreries et autres gâteaux sont très populaires en Russie ? Je crois bien que oui…

Lors d’un nième anniversaire (celui de Ольга pour info) des objets de forme ronde et de couleur indescriptibles ont fait leur apparition sur nos tables de bureau !

 

Et voilà un beau gâteau bien léger, tout à fait naturel et tout à fait typique un jour d’anniversaire.

 

Bizarrement, aucun stimulus nerveux ne relie mes yeux à mon estomac… encéphalogramme plat !

La vue de ces pâtisseries qui n’ont pas tout à fait un côté « home made » ne dit trop rien à mon système digestif très sélectif et exigeant.

Sachez que mes collègues en sont tout à fait friands et très vite, le gâteau aura eu son compte ! Ma curiosité m’a quand même poussé à goûter une lichette : résultat de mes investigations, du sucre, de la crème, de la génoise, re de la crème, de la génoise et encore du sucre… mouai, on est loin des étoilés Michelin ou même d’un fondant au chocolat Picard.

Effrayé par le triste sort qui lui est réservé, l’envahisseur se rend compte qu’il est en terrain hostile !

Je me suis dit que je ne pouvais pas laisser ces personnes dans une telle détresse gastronomique !

J’ai acheté (comme chaque année) un batteur à œufs (malheureusement mon choix n’a pu se porter sur le Tefal, celui proposé chez эксперт (le Darty Russe) Lire la suite

Mon « Chez moi » à Luga, мой дом в Луге, My place in Luga,

20 Mai

Comme vous pouvez l’imaginer, l’immobilier à Luga ne laisse que peu de place à l’originalité, la créativité voire même parfois la propreté ou la décence …

Sans trop m’avancer, je suppose que ma résidence actuelle doit faire partie des standings les plus élevés de cette ville tentaculaire. (Quoi que les maisons en bord de lac s’en sortent vraiment bien et les « centres de vacances » sont plutôt réussis).

L’entrée de mon appartement et le « Jardin »

Cuisine et living room

La cuisine et très important mon ordinateur depuis lequel je rédige mon blog !

Je reconnais que le style actuel est assez… brut dirons-nous et ce bleu est du mieux choisi. La recherche esthétique n’est pas la première qualité de ce lieu de vie.

Cependant il y a de l’espace dehors pour faire des шашлык (Shashlik, BBQ à la russe) ce qui lui confère un atout majeur (même si en fait, il est possible de Shashliker dans n’importe quel jardin public…).

Mieux vaut ne pas comparer avec l’appartement mansardé que je pouvais avoir à Lyon ou le jardin vue mer qui m’attend à Nice, ce serait une auto-flagellation complètement inutile !

Ma chambre

La chambre que j’occupe actuellement

 

Il faut aussi que j’oublie le véritable lit deux places, je retrouve le standard des ados pré-pubères mais je m’y fais.

 

Oh la belle salle de bain !

 

Tel que vous le voyez, pour l’instant l’endroit est tout à fait impersonnel mais après un petit tour chez Ikea il aura pris quelques couleurs. Quant au fait qu’il soit plus personnel je n’en suis pas certaine… Nous sommes tout de même quelques millions sur cette planète à apprécier les meubles en kit, les rangements ingénieux et les boulettes à la sauce aux airelles du géant suédois.

Et pourtant, il est vrai que dans un appartement la touche personnelle fait toute la différence….

« J’ai l’impression que vous n’avez pas dû lire le règlement, je vous explique : nous sommes une quinzaine de copropriétaires à se partager cet appartement voyez ? La décoration en générale est supposée plaire à tout le monde, par contre ici là, ce petit crochet c’est l’emplacement de la touche personnelle, voyez personnelle vous comprenez ? Alors je ne vois pas pourquoi on devrait supporter cette croûte ! »

Je n’avais pas pris le temps de vous faire le tour du propriétaire, bref c’est chose faite.

Laura

Et oui, maintenant j’habite à Luga… и да, сейчас я живу в Луге… And so, yes, I live in Luga now…

13 Mai

Bon ne nous voilons pas la face, même si j’essaye d’impressionner tout le monde avec mes belles photos de st Pétersbourg, la réalité est tout autre… Il faut l’avouer, la ville où je passe la majeure partie de mon temps est Luga «Луга» (à prononcer Louga).

Petite leçon d’histoire géographie :

  • Luga a été créée en 1777 par Catherine la Grande, elle se situe dans l’oblast de Leningrad «Ленинградская обл» à 140 km au sud de St Pétersbourg et est traversée par le fleuve…. Luga (CQFD).
  • Selon Wikipédia (source intarissable de savoir) , mais aussi selon mes diverses discussions avec les autochtones, la ville joua un rôle central au début de la Seconde Guerre Mondiale (Grande Guerre Patriotique en Russe)  en retardant l’avance allemande sur Leningrad  (aujourd’hui St Pétersbourg).
  • Actuellement, Luga serait peuplée de plus de 35 000 âmes, qui, a mon humble avis sont soit fichtrement bien cachées soit déjà six pieds sous terre…  car honnêtement on ne se sent pas bousculé par la foule outre mesure.

Bref, il s’agit d’une petite ville de province qui ne casse pas trois pattes à un canard…

Une question que l’on peut légitimement se poser est la suivante: « mais à quoi peut bien ressembler cette fameuse ville de Luga ? ». Je ne souhaitais pas vous laisser une minute de plus dans cette attente que j’imagine insupportable, c’est pourquoi ce billet aujourd’hui.

Par un beau dimanche de mars Юлия (Julia) qui travaille avec moi et qui habite Luga depuis plus de huit ans me propose d’aller faire un tour dans les environs. Je me dis «Chic chic chic, des photos potentielles pour mon blog… en plus il y a du soleil ! J’arrive ! ». J’ai pu prendre quelques clichés hivernaux afin que vous vous fassiez une idée plus précise d’un petit morceau de campagne russe.

Les alentours sont dotés d’une jolie nature et de beaucoup d’espaces verts (bien évidemment blancs en hiver, ndlr). Les routes sont souvent dans un état plutôt déplorable (et j’écrirai absolument un article à ce propos) et les immeubles gardent quand même une forte influence soviétique dans un style plutôt vétuste et délabré dirons nous.

Un exemple typique de vieux bâtiment qui tombe en ruine, ici une usine désaffectée dans laquelle des enfants étaient en train de jouer. Je me demande bien ce que l’on pouvait y produire à l’époque…

Une ancienne usine désaffectée de Luga en hiver, mars 2012

Comme expliqué précédemment, à Luga, il y a un fleuve (ou plutôt rivière). Qui dit fleuve, dit souvent, pont ou encore animaux qui vivent là où il y a de l’eau pas très loin. Nous avons donc nourrit les canards avec du pain de la veille acheté dans un petit magasin tout près de là.

(Notez qu’en Russie vous trouverez toujours « un petit magasin tout près de là ». Il y a un nombre incalculable de « продукты » à tous les coins de rue. Ces magasins  vous vendent de la nourriture, des produits frais, de la bière, beaucoup de bière, de l’alcool et quelques produits d’hygiène de première nécessité. Attention à régulièrement vérifier les dates de péremption)

Ici Julia et une très belle vue sur la rivière de Luga ainsi que les magnifiques immeubles qui la longent…

Je vous laisse admirer ce pont où les Luguéens et Lugéennes ont laissé s’exprimer toute leur sensibilité artistique. Je ne sais pas s’ils ont tous déjà fait un tour à Paris, mais ça a presque (je dis bien presque) un côté Pont des Arts.

Un pont de Luga, dont le cadenas rose est d’un chatoyant, regardez comme ça chatoie !

Julia en pleine action.

Ce jour là nous n’étions pas les seules à nourrir les canards super résistants au froid, il y a avait aussi cette dame et son enfant.

Юлия m’a expliqué un principe russe : à chaque ville son Lénine, petite ville, petit Lénine, grande ville, grand Lénine. Bon ben à Luga on ne peut pas dire que notre Lénine soit bien grand mais il ne s’en sort pas trop mal. Ça aurait pu être pire, il aurait pu avoir la taille d’un soldat de plomb ! (et là j’aurais vraiment habité dans un bled…).

Un des parcs de Luga avec une belle statue de Lénine. Admirez mon style soviétique… que ça me va bien !

Restons dans le style soviétique, que l’on peut qualifier, disons-le clairement : de moche ! C’est un peu comme l’obélisque de la Concorde,  mais en un peu moins bien dirons-nous… Un bloc de pierres à la gloire du travail, de l’agriculture et des 200 ans de Luga.

Édifice soviétique typique à la gloire du travail de la terre notamment.

Quid de  l’art et la culture? Je ne souhaite pas vous laisser penser que Luga est dénuée de toute forme d’art ou de culture digne de ce nom. Il y a… tadammm un cinéma « кинотеатр ». D’accord, nous sommes loin de l’Imax 3D version Blu Ray ++ High Quality Definition remasterised Dolby Digital, mais il a le mérite d’exister. Oubliez le Pop Corn et les bornes automatiques, ici le confort est plutôt sommaire. Юлия voulait vraiment que je vois la salle (et surtout sa vétusté a apriori) mais au même moment un film était en train d’être projeté. Ce qui est un point plutôt positif, cela signifie qu’il est encore en activité !

Entrée du cinéma de Luga

Je crois qu’Allociné n’est pas encore franchement développé ici, donc si vous voulez connaître les horaires, le mieux est de vous reporter aux affiches… peintes à la main s’il vous plaît ! Par exemple vous pouvez-voir du 3 au 8 mars Madagascar 2 et du 10 au 15 mars Rio, (tous deux des films d’animation), concernant l’horaire, un peu plus bas sur l’affiche cela disait que c’était à 14h00.

Blague à part, je leur trouve beaucoup de charme à ces pancartes et la personne qui les peint est à mon goût, plutôt douée !

Madagascar 2 et Rio !

Encore des affiches

Les affiches du cinéma de Luga

Enfin en attendant votre séance, vous pouvez vous faire une petite partie de « Basketball », un jeu un peu à l’ancienne mais je suis sûre que l’on doit bien s’amuser. Dernier détail, dans le même bâtiment, à côté de la caisse, il y a avait aussi une table de ping-pong, allez savoir pourquoi, moi je ne sais pas… !

Basketball, un jeu de l’époque soviétique

Laura

Mon boulot ou la mort du style… Мой ужасный стиль на работе… My job or how to have no style !

12 Mai

S’il y a bien une chose qui fait partie de mon quotidien, c’est mon travail. Effectivement, même si ce blog peut parfois avoir des allures d’étudiante en vadrouille, je vous confirme que je suis bien venue en Russie pour bosser. Cependant, mes relations privilégiées avec Excel et l’injection plastique ne font pas lieu  d’anecdotes publiquement notoires qui puissent être relatées en ce lieu et place.

Ne voulant pas brimer la curiosité de mes très fidèles lecteurs, je vais quand même vous brosser un tableau de l’environnement dans lequel j’évolue tous les jours.

1)      Emplacement : Notre usine se situe au milieu de la forêt à cinq minutes en voiture du centre ville de Luga… même si à vrai dire ce centre en ville constitue la majeure partie de Luga.

2)      Qu’est-ce qu’on y fait : Sans entrer dans les détails, nous produisons des pièces plastiques pour l’industrie automobile basée en Russie (des planches de bord, des panneaux de porte etc), bref rien de vraiment très sexy, mais on y apprend beaucoup de choses !

Pour vous donner une petite idée de ce que je vois tous les jours, une planche de bord et des panneaux de portes. Grosso-modo c’est pas mal de plastiques de toutes sortes, soudés, montés, vissés, clipsés…, de la mousse par-ci par-là, quelques vis, écrous et quand même de la technologie pour imaginer tout ça. Bien sûr ça ne ressemble pas tout à fait à ce qui finira dans votre voiture, mais avec un peu beaucoup d’imagination, vous pouvez déjà vous imaginer au volant…

3)      Organisation temporelle : La journée officielle est basée sur 9h00-13h00 14h00-18h00 du lundi au vendredi. En cas de jour férié généralement nous travaillerons aussi le(s) samedi(s) pour rattraper les ponts, comme ce samedi et le précèdent par exemple.

4)      Organisation spatiale : Dans mon bureau nous sommes environ neuf en temps de semaines creuses et pouvons monter jusqu’à douze les semaines bien chargées lorsque personne n’est en déplacement, en congés ou autre maladie.  Ah oui j’allais oublier, petit détail, le bureau ne dépasse pas les 35m²… c’est pourquoi il est parfois difficile de se concentrer ou d’entreprendre une conversation téléphonique ! Le point positif c’est que la communication entre collègues est facilitée, pas besoin de se perdre dans des dédales de couloirs pour voir son chef, il est assis en face de vous, pratique !

5)      Ambiance : dans l’ensemble plutôt agréable, les Russes une fois passée la froideur du tempérament sont plutôt conviviaux. On boit du thé, beaucoup de thé. Les anniversaires des uns et des autres sont toujours l’occasion de rapporter moult sucreries et gâteaux remplis de crèmes, de beurre et de génoises en tout genre (dont la vue ne procure chez moi aucune sorte d’appétit…). Les bons jours ce sera fruits et Pirojkis « пирожки » (petits pains fourrés à à peu près tout, sucré comme salé, miam).

Karolina (Polonaise et pas Russe) dont c’était l’anniversaire en avril, au menu, bouquet de fleurs et tout plein à manger !

Généralement vos collègues vous prépare une surprise et font toujours une petite collecte d’argent pour que ce soit un véritable anniversaire !

Gâteau d'anniversaire

un gâteau parmi tous ceux que j’ai déjà pu voir défiler… on va dire que le côté prédécoupé céllophané ne me tente que moyennement…

Les bureaux sont proches les uns des autres et tout le monde se connaît. Sinon ça bosse, ici les gens ne ménagent pas leurs heures et n’hésitent pas à rester jusqu’à 22h00 parfois, c’est dans la norme !

6)      Dress code: last but not least…. Dans l’usine comme dans les bureaux et selon les standards de l’entreprise, nous sommes tous affublés d’une immonde blouse (surtout la mienne qui a un look, très technicienne de surface) et généralement de chaussures de sécurité qui feraient pâlir d’envie toute la fashion week parisienne…  Je vous illustre par ailleurs le propos avec une sublime photo de mon style au quotidien. Du coup, pas la peine de se lancer dans des essayages longue durée le matin, quelque soit l’effort que vous tentiez, il sera sauvagement anéanti par la Kurtka « куртка » ! Je vous confirme que le port de la «куртка » a du faire face à quelque irréductibles (plus généralement des femmes, mais pas que !). Finalement à force d’acharnement, il s’avère que le port de cette blouse anti-style ne fait plus partie de notre libre-arbitre. Heureusement, avec les beaux jours, nous passons au polo, qui, si j’arrive à en dégoter un en small, devrait nous accorder une tenue plus au goût du jour…

Ahhh la belle blouse que voilà ! Heureusement que je ne suis pas blogueuse styliste sinon toute ma crédibilité tomberait à l’eau…

Laura

J’adore la France ! Я очень люблю Францию !

12 Mai

Bon bon bon, je sais que ce Blog s’appelle « Laura découvre la Russie » et non pas « Laura habite en France comme plus de 60 millions de français et alors…. ».  Je tenais simplement à justifier ma longue absence de près d’un mois et surtout à ne pas laisser mon blog à l’abandon.

Et oui, pour des raisons d’expiration de visa, de formation, de réunion VIE chez Ubifrance ainsi que d’un vote pour le premier tour par la même occasion, j’ai du revenir faire un court passage sur ma terre natale. J’ai beau apprécier toutes mes découvertes en Russie, je reconnais que lorsque l’avion s’est posé sur le tarmac de Charles de Gaulle,  j’étais totalement ravie (RA-VIE) !

Retrouver le printemps, des routes sans nids de poule, de l’eau du robinet 100% potable, du miam bio,  les cerisiers en fleurs, les vaches qui broutent paisiblement, la bonne nourriture, le bon vin, le bon fromage, la convivialité… ah mince je tombe dans le cliché… tant pis, j’étais en manque de France.

Je n’aurais jamais cru que passer deux semaines au travail, qui plus est en Picardie lorsqu’on est niçoise d’origine puisse être synonyme de joie, bonheur et  bien-être ! Ce « sas » de quinze jours m’a permis de  faire le plein de bonnes ondes, (mais aussi de vêtements d’été, de produits de beauté bio et autres huiles essentielles…) !

Vous vous demandez « Mais comment est-ce possible ? »

En direct, voici la recette :  Retrouvez  le calme et la concentration des bureaux français (oui, oui, là nous ne sommes pas 12 dans 20m²…), passez  deux semaines au « Vieux Moulin de Silly », chambre d’hôtes dont j’apprécie tout particulièrement les habitants et l’ambiance (et surtout Filochard le chat roux, il faut l’avouer), ajoutez à cela des week-ends à Nice  avec sa famille et ses amis que l’on n’a pas vus depuis plusieurs mois, saupoudrez le tout d’anniversaires à répétition ainsi que d’un 1er mai, et  voilà vous êtes prêt(e) à repartir en Russie (si tant est que vous habitiez aussi en Russie), la tête remplie de bons souvenirs et aussi de quelques kilos à éliminer !

Bref, simplement pour dire désolée pour l’absence, mais c’est bon, je m’y remets !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

%d blogueurs aiment cette page :