Tag Archives: Louga

Bienvenue à Luga, Welcome in Luga, Добро пожаловать в Лугу

29 Sep

Les vacances m’ont fait du bien mais on carrément rouillé mon blog… Avant d’être mise au pied du mur et de faire face à un boycott général, je le remets  à jour !

Vous devrez cependant faire face à un léger décalage temporel qui vous ramènera en juillet puisque j’avais dans les cartons  (ou plutôt jeté de façon totalement anarchique sur mon bureau windows…) un article sur Luga cette mégalopole russe  aujourd’hui mondialement connue grâce à mon blog !

Sans transition aucune : l’article !

Les courses en Russie c’est plutôt : « je passe tous les jours chez la vieille du coin » plutôt que « Aller, je prends mon courage à deux mains pour aller m’infliger une visite dans les 5000m2 de Carrefour »  

Depuis que je suis ici, j’entends toujours que les autochtones côtoient plus les marchés locaux que les grandes surfaces plus traditionnelles.

Ils ont bien raison et à Luga le principe s’applique plus particulièrement sachant que :

  1. Les « grandes »  surfaces n’existent tout simplement pas dans notre bled
  2. Le standing local ne donne pas accès à autre chose qu’aux hard discounters dans lesquels il vaut mieux vérifier les dates de péremption  plutôt deux fois qu’une  parce que l’on aime bien y vendre du périmé….!

D’ailleurs les dates de péremption en Russie parlons en ! Ce sont des petites vicieuses… oui, oui : vicieuses, pernicieuses et fourbes….

Si en France la logique veut que la date imprimée vous indique quand consommer votre yaourt le sera à vos risques et périls, en Russie la logique est tout autre (ou du moins, elle est inexistante !). 

Normalement vous aurez souvent la date de fabrication imprimée plus ou moins visiblement et après, à vous d’aller déchiffrer en petit ET en cyrillique, un truc qui vous raconte que vous devriez consommer votre produit dans les 5 jours, 8 jours, 2 mois, 1 an etc… après sa fabrication. Pour les oeufs, à vous d’être un oeufiste avisé pour savoir combien de temps ça se garde et puis des fois, c’est comme en France mais on a quand même cherché longtemps la petite inscription en cyrillique…

Bref, cela vous demande un minimum de capacités de vision, de lecture, de compréhension du russe, de  réflexion, d’algèbre et aussi de temps pour faire vos courses.

Du coup vous imaginez bien qu’à mes grands débuts que je me suis déjà retrouvée avec des produits périmés au frigo ou du frais tout à fait bon à la poubelle…

Toute cette digression pour dire que le marché, c’est quand même plus simple et qu’en ce week-end estival la visite de celui de Luga s’imposait comme une bonne option pour rencontrer d’autres concitoyens !   Et pour pouvoir tenter quelques clichés !

Julia, (l’assistante de notre directeur) est toujours partante pour nous faire une visite touristique ! C’est un peu elle qui fait en sorte que notre vie soit organisée, moins galère et de plus en plus vivable et agréable. On dit Merci Julia !

Une entrée d’immeuble à Luga.
Comme vous pouvez le remarquer, parfois l’architecture communiste est des plus recherchées…

Luga est équipé d’une église catholique et d’une autre orthodoxe.

Généralement au marché, vous trouverez toujours des locaux vendant ce qu’ils font pousser dans le jardin de leur datcha. Très souvent ce sont des grands-mères (babushki). Bon là les fleurs sont un peu fanées, on ne leur en tiendra pas rigueur….

Ça c’était une babushka très sympa, qui m’a fait un beau sourire et qui m’a offert tout plein de trucs russes, de la salade de chou, de l’aneth, des cébettes… tout ça parce que j’étais jolie ! J’ai essayé de faire un sourire en France, ben ça ne marche pas…. !

Attention ne vous méprenez pas, les russes, c’est un peuple qui aime bien quand même tirer la gueule et assez souvent d’ailleurs…

Les gâteaux sec, comme vous pouvez le voir ça a sincèrement la côte en Russie. Avec tout le thé que l’on y boit, c’est compréhensible.

En parlant de thé… il y a du choix.

En Russie on vend de tout, même des mitigeurs accrochés sur une porte rouillée !
Sachez que j’ai pris cette photo au prix de ma vie…. je me suis fait rabrouer….

Une fois de plus un immeuble typique de Luga

Mais Luga ce n’est pas que du rouillé, voyez moi ça si ce n’est pas mignon !

après le marché, ballade dans les grandes étendues vertes de Luga.

Certes, ce n’est pas la côte d’azur, mais ça a le mérite d’être là!

Pluie + soleil + Pluie + soleil + Pluie + soleil = Luga c’est tout vert !


Rien de plus pratique que de stocker sa vieille voiture complètement défoncée dans son jardin… ! Heureusement que j’ai refait mon vaccin contre le tétanos avant de revenir à Luga …

Filles et Garçons en Russie, Boys and girls in Russia, Мальчики и девочки в России

22 Juil

Je reconnais avoir été quelque peu longuette entre mon dernier billet et celui-ci et je m’en excuse platement.

J’ai cependant en ma possession plusieurs éléments pour expliquer cette absence.

  1. Etant donné que mon travail implique de passer un certain temps derrière un écran, difficile en rentrant de rallumer l’ordinateur.
  2. Généralement j’écris mes articles le week-end et les derniers ont été assez occupés entre la visite d’autres VIE et un déplacement en Roumanie .
  3. Maintenant que j’ai un nouvel appareil photo,  il faut faire un choix pour trier tout ce que l’on a mitraillé et ça prend un peu plus de temps.
  4. Entre mes cours de russe (parce que j’essaie de me cultiver et de devenir chaque jour plus intelligente) et mes cours de fitness (parce que j’essaie aussi de me créer une vie sociale à Luga et de garder un corps de déesse, pas facile avec le régime à la russe), difficile de trouver beaucoup de temps le soir.
  5. Des fois un peu la flemme, malheureusement, il faut que je m’avoue cette triste vérité.

Bref, en ce week-end de nuits blanches nous étions trois VIE à Saint-Pétersbourg (Adrien, Julie et Laura), dont une des trois qui inaugurait son appareil reflex (celle-ci apprend toujours à s’en servir et est encore très loin de tout comprendre soit dit en passant…).

Rien de très remarquable en cette fin de mois de juin mis à part, comme d’habitude un soleil qui refuse de se coucher et une nuit qui ne daigne rester plus d’une demi-heure…

Ah oui, où avais-je la tête, j’allais oublier une chose : l’Alye Parusa (Алые паруса) ou la voile rouge. En d’autres termes cette date marque la fin des examens pour les jeunes Pétersbourgeois (ou Saint-Pétersbourgeois comme vous préférez)

Comme me l’a expliqué mon manager cela consiste à voir tous les lycéens et lycéennes dans les rues arborant leurs plus belles tenues le tout avec beaucoup d’alcool. Généralement le style des tenues se dégrade au fur à mesure de la soirée parallèlement au taux d’alcool dans le sang qui augmente proportionnellement.

Il est vrai que la ville était remplie de lycéens en folie ce qui a plus que ravi mon appareil photo si jeune et vigoureux !

Je vous laisse apprécier,

à très bientôt, Laura

Un style typiquement russe au hasard de Малая Морская улица (malaya morskaya ulitsa) à Saint Pétersbourg

En ce jour de fin d’examens, tous les costumes sont de sortie, ici un jeune élève de la marine accompagné de sa dulcinée dans la jardins Alexandrovsky (Алекса́ндровский сад).
PS: vous noterez que les Russes aiment beaucoup faire des effets de cheveux, les filles sont expertes dans les tresses en tout genres.

Un jeune couple dans les rues de St Pétersbourg à kirpichniy pereulok (кирпичный переулок)

En cette fête de fin d’année Алые паруса (Alie Parusa) tous les jeunes sont de sortie et m’ont pris pour une photographe officielle, résultat, j’ai une photo bien posée !

En tant que bons français, nous sommes allés soutenir l’équipe de France pour sa défaite face à l’Espagne lors de l’Euro 2012. Pour nous remonter le moral (ou surtout celui d’Adrien) cette jeune serveuse a volontiers posé devant l’objectif. Je ne pouvais pas passer à côté de cette tenue des plus habillées…

L’objectif de fin d’année est enfin atteint !

Décidément, ça sent le printemps !

Premier jour d’utilisation de mon Canon 600D. J’apprends à faire quelques réglages.

A force de jouer autour de lui, je crois qu’il l’a trouvée.

Visages Russes, Russian faces, Pусские лица

24 Juin

La Russie est à la jonction entre l’Europe  et l’Asie ( à savoir 75% pour l’Asie qui l’emporte haut la main face aux pauvres 25% de l’Eurpose).  Elle s’étend sur plus de 17000m² de surface autrement dit : c’est grand !  A vrai dire c’est même le plus vaste Etat de la planète….

Qui dit grand pays dit diversité. Je souhaitais vous faire partager quelques portraits que j’ai réussi à attraper à  Saint Pétersbourg .

Au hasard du métro, des bars, du train ou dans la rue tout est prétexte pour tirer le portrait. Jeunes, vieux, hommes, femmes, décontractés, très habillés ou simplement provocants tous les styles sont en Russie.

Bon je n’ai pas la prétention d’avoir traversé tout le pays (majoritairement Luga et St Pétersbourg)  et je viens à peine d’acquérir mon nouvel appareil photo (je fais avec ce que j’ai réussi à prendre en un court week-end).

 

 

 

 

 

Nikita et Arsalan devant la Cathédrale St Isaac à St Pétersbourg.

 

 

Arsalan devan « Le Cavalier de bronze » représentant Pierre le 1er.
Arsalan vient de la Bouriatie, une des républiques de Russie qui longe le lac Baïkal « la Mer Sacrée » des Bouriates.
La population bouriate est issue d’un brassage entre chamanistes indigènes et nomades mongols.

 

Un liseur dans le métro de Saint Pétersbourg
Bien possible qu’il soit lui aussi Bouriate

 

Ce week-end de juin, tous les étudiants étaient de sortie alcoolisée et sur leur 31 afin de fêter la fin des cours.

 

Dans le train entre St Pétersbourg et Luga, deux Babushka qui ont beaucoup de choses à se dire, qui mangent des glaces, des chips et des beignets aux pommes. Le train toujours une expérience très intéressante !

 

Après-midi animée dans le train entre St Pétersbourg et Luga. Au menu, glaces, biscuits et partie de carte !

à bientôt,

 

Laura.

 

Le printemps débarque en Russie ! Springtime in Russia ! Весна Приходит в Россию !

27 Mai

Faisons la peau aux idées reçues, la Russie n’est pas recouverte de neige 365 jours par an.

Bien qu’il se soit fait attendre, fin avril le printemps a décidé d’être un mec cool, et d’arriver ENFIN à Luga. Et comme le printemps est un mec vraiment cool, il a décidé de squatter un peu ! À vrai dire je lui laisse carte blanche, il peut rester autant de temps qu’il veut, c’est ma saison préférée  (en plus on a une chambre de libre alors ça tombe bien) !

Les abords de la gare au printemps.

Une vue très bucolique de la gare.

Le printemps Russe, c’est tout vert ! Et je vais vous étonner, il y a une explication tout à fait rationnelle à cette prolifération végétale. En effet une alternance de « oh qu’il fait beau » et de «Et mince… paf la pluie sur ma tronche… »  procure une force surpuissante à nos amies les mitochondries qui, du coup, bossent à fond les ballons après quelques mois d’hibernation. C’est le règne de la photosynthèse !

Il fait officiellement beau, ça y est !

Résultat, tout le monde est content, il fait beau, les jours se rallongent, on peut manger dehors, faire des шашлык (shashlik), prendre le soleil, et aussi, activité très appréciée des Russes de tout âge et de tout sexe, aller s’envoyer des bières dans les parcs… Bref, c’est la joie de sortir de l’hiver!

sport national très populaire, boire un coup dans les parcs.

Les vélos et les ballades sont maintenant de rigueur ! Il faut d’ailleurs que je pense à aller m’en acheter un !

Le soleil qui se couche de plus en plus tard et se lève de plus en plus tôt.

De mon côté, si je ne m’enivre pas à la vue de tous les inconnus, je délaisse l’ администрация (Administratzia) pour пирожковая (Pirojkovaya, la boutique à Pirajoks).

Cet endroit dispose d’une terrasse, ce qui lui confère un avantage concurrentiel durable.  Il s’agit d’une sorte de  « fast food » (d’ailleurs le seul de Luga) mais avec de la nourriture typiquement russe, le tout servi dans des assiettes en plastique… du très haut standing quoi.

Alexey et Maxim à пирожковая.

Question météo j’ai pour l’instant vu la Russie sous trois options possibles,

  1. Le blanc immaculé de l’hiver _ synonyme de qu’est-ce qu’on se les gèle mon dieu par -25° C
  2. Le marronnasse boueux cracra du dégèle
  3. Le vert resplendissant _ début du printemps annonciateur des nuits blanches, de la fournaise estivale et des attaques d’insectes voraces en tout genre (ndlr attention à la piqûre de  la tique encéphalite qui vous file la méningite, le risque est de finir soit débile soit mort, vision qui ne m’enchante que très moyennement)
  4. Et j’imagine que nous passerons forcément en phase 4  par un bel orange automnal.

J’allais oublier, ici tout fleurit, les tulipes, les lilas (que j’apprécie tout particulièrement) mais aussi les V.I.E !

Et paf, ça pousse comme par magie ! Depuis cette semaine, Adrien, originaire de Bourgogne a fait son apparition dans notre usine. Pour rassurer sa copine et sa famille, hop, une photo, regardez il est en un seul morceau et n’a même pas peur des chiens méchants !

Adrien, ingénieur spécialisé en logistique, nouveau VIE et aussi colocataire par la même occasion

Le lilas très important, il y en a partout et bien plus beaux que ceux de Nice !

Voilà,  je tenais à vous rassurer, au mois de mai nous ne sommes officiellement plus ensevelis sous la neige.

A bientôt,

Laura

Et oui, maintenant j’habite à Luga… и да, сейчас я живу в Луге… And so, yes, I live in Luga now…

13 Mai

Bon ne nous voilons pas la face, même si j’essaye d’impressionner tout le monde avec mes belles photos de st Pétersbourg, la réalité est tout autre… Il faut l’avouer, la ville où je passe la majeure partie de mon temps est Luga «Луга» (à prononcer Louga).

Petite leçon d’histoire géographie :

  • Luga a été créée en 1777 par Catherine la Grande, elle se situe dans l’oblast de Leningrad «Ленинградская обл» à 140 km au sud de St Pétersbourg et est traversée par le fleuve…. Luga (CQFD).
  • Selon Wikipédia (source intarissable de savoir) , mais aussi selon mes diverses discussions avec les autochtones, la ville joua un rôle central au début de la Seconde Guerre Mondiale (Grande Guerre Patriotique en Russe)  en retardant l’avance allemande sur Leningrad  (aujourd’hui St Pétersbourg).
  • Actuellement, Luga serait peuplée de plus de 35 000 âmes, qui, a mon humble avis sont soit fichtrement bien cachées soit déjà six pieds sous terre…  car honnêtement on ne se sent pas bousculé par la foule outre mesure.

Bref, il s’agit d’une petite ville de province qui ne casse pas trois pattes à un canard…

Une question que l’on peut légitimement se poser est la suivante: « mais à quoi peut bien ressembler cette fameuse ville de Luga ? ». Je ne souhaitais pas vous laisser une minute de plus dans cette attente que j’imagine insupportable, c’est pourquoi ce billet aujourd’hui.

Par un beau dimanche de mars Юлия (Julia) qui travaille avec moi et qui habite Luga depuis plus de huit ans me propose d’aller faire un tour dans les environs. Je me dis «Chic chic chic, des photos potentielles pour mon blog… en plus il y a du soleil ! J’arrive ! ». J’ai pu prendre quelques clichés hivernaux afin que vous vous fassiez une idée plus précise d’un petit morceau de campagne russe.

Les alentours sont dotés d’une jolie nature et de beaucoup d’espaces verts (bien évidemment blancs en hiver, ndlr). Les routes sont souvent dans un état plutôt déplorable (et j’écrirai absolument un article à ce propos) et les immeubles gardent quand même une forte influence soviétique dans un style plutôt vétuste et délabré dirons nous.

Un exemple typique de vieux bâtiment qui tombe en ruine, ici une usine désaffectée dans laquelle des enfants étaient en train de jouer. Je me demande bien ce que l’on pouvait y produire à l’époque…

Une ancienne usine désaffectée de Luga en hiver, mars 2012

Comme expliqué précédemment, à Luga, il y a un fleuve (ou plutôt rivière). Qui dit fleuve, dit souvent, pont ou encore animaux qui vivent là où il y a de l’eau pas très loin. Nous avons donc nourrit les canards avec du pain de la veille acheté dans un petit magasin tout près de là.

(Notez qu’en Russie vous trouverez toujours « un petit magasin tout près de là ». Il y a un nombre incalculable de « продукты » à tous les coins de rue. Ces magasins  vous vendent de la nourriture, des produits frais, de la bière, beaucoup de bière, de l’alcool et quelques produits d’hygiène de première nécessité. Attention à régulièrement vérifier les dates de péremption)

Ici Julia et une très belle vue sur la rivière de Luga ainsi que les magnifiques immeubles qui la longent…

Je vous laisse admirer ce pont où les Luguéens et Lugéennes ont laissé s’exprimer toute leur sensibilité artistique. Je ne sais pas s’ils ont tous déjà fait un tour à Paris, mais ça a presque (je dis bien presque) un côté Pont des Arts.

Un pont de Luga, dont le cadenas rose est d’un chatoyant, regardez comme ça chatoie !

Julia en pleine action.

Ce jour là nous n’étions pas les seules à nourrir les canards super résistants au froid, il y a avait aussi cette dame et son enfant.

Юлия m’a expliqué un principe russe : à chaque ville son Lénine, petite ville, petit Lénine, grande ville, grand Lénine. Bon ben à Luga on ne peut pas dire que notre Lénine soit bien grand mais il ne s’en sort pas trop mal. Ça aurait pu être pire, il aurait pu avoir la taille d’un soldat de plomb ! (et là j’aurais vraiment habité dans un bled…).

Un des parcs de Luga avec une belle statue de Lénine. Admirez mon style soviétique… que ça me va bien !

Restons dans le style soviétique, que l’on peut qualifier, disons-le clairement : de moche ! C’est un peu comme l’obélisque de la Concorde,  mais en un peu moins bien dirons-nous… Un bloc de pierres à la gloire du travail, de l’agriculture et des 200 ans de Luga.

Édifice soviétique typique à la gloire du travail de la terre notamment.

Quid de  l’art et la culture? Je ne souhaite pas vous laisser penser que Luga est dénuée de toute forme d’art ou de culture digne de ce nom. Il y a… tadammm un cinéma « кинотеатр ». D’accord, nous sommes loin de l’Imax 3D version Blu Ray ++ High Quality Definition remasterised Dolby Digital, mais il a le mérite d’exister. Oubliez le Pop Corn et les bornes automatiques, ici le confort est plutôt sommaire. Юлия voulait vraiment que je vois la salle (et surtout sa vétusté a apriori) mais au même moment un film était en train d’être projeté. Ce qui est un point plutôt positif, cela signifie qu’il est encore en activité !

Entrée du cinéma de Luga

Je crois qu’Allociné n’est pas encore franchement développé ici, donc si vous voulez connaître les horaires, le mieux est de vous reporter aux affiches… peintes à la main s’il vous plaît ! Par exemple vous pouvez-voir du 3 au 8 mars Madagascar 2 et du 10 au 15 mars Rio, (tous deux des films d’animation), concernant l’horaire, un peu plus bas sur l’affiche cela disait que c’était à 14h00.

Blague à part, je leur trouve beaucoup de charme à ces pancartes et la personne qui les peint est à mon goût, plutôt douée !

Madagascar 2 et Rio !

Encore des affiches

Les affiches du cinéma de Luga

Enfin en attendant votre séance, vous pouvez vous faire une petite partie de « Basketball », un jeu un peu à l’ancienne mais je suis sûre que l’on doit bien s’amuser. Dernier détail, dans le même bâtiment, à côté de la caisse, il y a avait aussi une table de ping-pong, allez savoir pourquoi, moi je ne sais pas… !

Basketball, un jeu de l’époque soviétique

Laura

Mon boulot ou la mort du style… Мой ужасный стиль на работе… My job or how to have no style !

12 Mai

S’il y a bien une chose qui fait partie de mon quotidien, c’est mon travail. Effectivement, même si ce blog peut parfois avoir des allures d’étudiante en vadrouille, je vous confirme que je suis bien venue en Russie pour bosser. Cependant, mes relations privilégiées avec Excel et l’injection plastique ne font pas lieu  d’anecdotes publiquement notoires qui puissent être relatées en ce lieu et place.

Ne voulant pas brimer la curiosité de mes très fidèles lecteurs, je vais quand même vous brosser un tableau de l’environnement dans lequel j’évolue tous les jours.

1)      Emplacement : Notre usine se situe au milieu de la forêt à cinq minutes en voiture du centre ville de Luga… même si à vrai dire ce centre en ville constitue la majeure partie de Luga.

2)      Qu’est-ce qu’on y fait : Sans entrer dans les détails, nous produisons des pièces plastiques pour l’industrie automobile basée en Russie (des planches de bord, des panneaux de porte etc), bref rien de vraiment très sexy, mais on y apprend beaucoup de choses !

Pour vous donner une petite idée de ce que je vois tous les jours, une planche de bord et des panneaux de portes. Grosso-modo c’est pas mal de plastiques de toutes sortes, soudés, montés, vissés, clipsés…, de la mousse par-ci par-là, quelques vis, écrous et quand même de la technologie pour imaginer tout ça. Bien sûr ça ne ressemble pas tout à fait à ce qui finira dans votre voiture, mais avec un peu beaucoup d’imagination, vous pouvez déjà vous imaginer au volant…

3)      Organisation temporelle : La journée officielle est basée sur 9h00-13h00 14h00-18h00 du lundi au vendredi. En cas de jour férié généralement nous travaillerons aussi le(s) samedi(s) pour rattraper les ponts, comme ce samedi et le précèdent par exemple.

4)      Organisation spatiale : Dans mon bureau nous sommes environ neuf en temps de semaines creuses et pouvons monter jusqu’à douze les semaines bien chargées lorsque personne n’est en déplacement, en congés ou autre maladie.  Ah oui j’allais oublier, petit détail, le bureau ne dépasse pas les 35m²… c’est pourquoi il est parfois difficile de se concentrer ou d’entreprendre une conversation téléphonique ! Le point positif c’est que la communication entre collègues est facilitée, pas besoin de se perdre dans des dédales de couloirs pour voir son chef, il est assis en face de vous, pratique !

5)      Ambiance : dans l’ensemble plutôt agréable, les Russes une fois passée la froideur du tempérament sont plutôt conviviaux. On boit du thé, beaucoup de thé. Les anniversaires des uns et des autres sont toujours l’occasion de rapporter moult sucreries et gâteaux remplis de crèmes, de beurre et de génoises en tout genre (dont la vue ne procure chez moi aucune sorte d’appétit…). Les bons jours ce sera fruits et Pirojkis « пирожки » (petits pains fourrés à à peu près tout, sucré comme salé, miam).

Karolina (Polonaise et pas Russe) dont c’était l’anniversaire en avril, au menu, bouquet de fleurs et tout plein à manger !

Généralement vos collègues vous prépare une surprise et font toujours une petite collecte d’argent pour que ce soit un véritable anniversaire !

Gâteau d'anniversaire

un gâteau parmi tous ceux que j’ai déjà pu voir défiler… on va dire que le côté prédécoupé céllophané ne me tente que moyennement…

Les bureaux sont proches les uns des autres et tout le monde se connaît. Sinon ça bosse, ici les gens ne ménagent pas leurs heures et n’hésitent pas à rester jusqu’à 22h00 parfois, c’est dans la norme !

6)      Dress code: last but not least…. Dans l’usine comme dans les bureaux et selon les standards de l’entreprise, nous sommes tous affublés d’une immonde blouse (surtout la mienne qui a un look, très technicienne de surface) et généralement de chaussures de sécurité qui feraient pâlir d’envie toute la fashion week parisienne…  Je vous illustre par ailleurs le propos avec une sublime photo de mon style au quotidien. Du coup, pas la peine de se lancer dans des essayages longue durée le matin, quelque soit l’effort que vous tentiez, il sera sauvagement anéanti par la Kurtka « куртка » ! Je vous confirme que le port de la «куртка » a du faire face à quelque irréductibles (plus généralement des femmes, mais pas que !). Finalement à force d’acharnement, il s’avère que le port de cette blouse anti-style ne fait plus partie de notre libre-arbitre. Heureusement, avec les beaux jours, nous passons au polo, qui, si j’arrive à en dégoter un en small, devrait nous accorder une tenue plus au goût du jour…

Ahhh la belle blouse que voilà ! Heureusement que je ne suis pas blogueuse styliste sinon toute ma crédibilité tomberait à l’eau…

Laura

%d blogueurs aiment cette page :