Tag Archives: Russie

On my way to work ! По дороге на работу ! En me rendant au travail

2 Sep

Si j’ai quitté ma Côte d’Azur natale et suis venue me perdre dans cette charmante bourgade délabrée qu’est Luga il doit bien y avoir une raison ?? Le travail en est une bonne !

Le boulot, vous savez cette chose qui ne court pas véritablement les rues en ce moment en France. (A vrai dire, c’est très surfait, ça consiste quand même à passer beaucoup de temps entre quatre murs derrière un écran d’ordinateur…)

Ce fameux travail, il faut bien s’y rendre quotidiennement.

Dès que les beaux jours sont revenus, nous avons choisi le vélo comme moyen de locomotion. Economique et respectueux de l’environnement, le vélo permet  aussi d’éliminer le sacré régime de l’hiver russe,  graisse de porc, patates, mayonnaise ainsi que toute installation inopportune de peau d’orange aussi connue sous le démoniaque nom de cellulite. Un deuxième avantage du vélo est  de passer outre le taxi de Luga, son attente interminable et son odeur de sale chien qui aurait trop forcé sur la cigarette.

Et voilà mon VTT sur le pont de Luga

Bref, il ne s’agit pas ici de vous faire un exposé sur le vélo mais plutôt de vous faire partager notre trajet matinal.

Une fois passée notre улица Свободы 42 « ulitsa svobody 42 » (rue de la liberté N°42) nous arrivons sur LE pont de Luga.

C’est d’ailleurs une des principales attractions touristique de la ville. (Du moins lorsque les français débarquent à Luga pour la première fois… ).

Une Jigouli à l'approche sur le pont troué !

Une Jigouli à l’approche sur le pont troué !

Comparable à un gruyère suisse (ou plutôt un emmental car le Gryuère n’a pas de trous) agrémenté de câbles métalliques hors d’âge, il est régulièrement (mal) reconstruit deux fois par an. Reconstruit n’est pas adapté, je dirais… rebouché !

Il est toujours surprenant de voir avec quelle rapidité  les trous peuvent réapparaître, à croire qu’il y a des petits lutins qui viennent chaque nuit avec leur maillet pour les reformer…

Admirez ces cratères, vous ai-je menti sur le côté emmental ?

Admirez ces cratères, vous ai-je menti sur le côté emmental ?

30 km/h me semble être la vitesse maximale que l’on puisse atteindre sur ce bitume d’un autre temps. Parfois quand cela fait vraiment longtemps que les trous n’ont pas été comblés on voit même l’eau de la rivière à travers…

Bassin de l’alcoolisme et du narcotisme plutôt que du sport universitaire…. Luga est tout de même doté d’un terrain de football (pour l’été) et de hockey sur glace (qui fonctionne l’hiver et non l’été bien évidemment) dans un état de délabrement avancé. En fait à peu près équivalent à celui du pont.

Et voici le fabuleux terrain de Hockey sur glace pour l'hiver (dans lequel la glace n'est d'ailleurs pas bien plane comme vous pouvez l'imaginer...)

Et voici le fabuleux terrain de Hockey sur glace pour l’hiver (dans lequel la glace n’est d’ailleurs pas bien plane comme vous pouvez l’imaginer…) et à côté le terrain de football.

Les 4km qui séparent notre appartement de l’usine sont plein de rebondissements…. Caché dans un renfoncement, un Bankomat ! (Récemment rénové d’ailleurs)  Mais qui a bien pu penser à une implantation si insensée… ??? En Russie ce sont des questions que je ne me pose plus.

Mais qu'est-ce qu'il se cache ici ??

Mais que se cache-t-il ici ??

Un distributeur automatique, quelle surprise ! Il y a même une palette au cas ou vous seriez trop petit....

Un distributeur automatique, quelle surprise ! Il y a même une palette au cas ou vous seriez trop petit….

Si vous pensiez qu'il n'y avait que Faurecia à Luga , que nenni, il y a aussi internationalement connu "Luga Abrasiv"

Si vous pensiez qu’il n’y avait que Faurecia à Luga , que nenni, il y a aussi l’internationalement connu « Luga Abrasiv »

Ensuite nous entamons la dernière ligne droite ! enfin… pas vraiment droite étant donné le nombre de fossés par lesquels elle est entrecoupée.

Vous vous demandez peut-être comment est-ce possible ? Certes les hivers sont rudes, certes les pneus cloutés n’aident en rien, mais la cause est bien plus profonde… : l’amour du travail mal fait !

Pourquoi faire un bon travail du premier coup ? Mieux vaut bâcler la chose et pouvoir s’y reprendre chaque année pour refaire encore et encore la route.

Bref, une belle leçon anti-chômage accompagnée d’un mélange de bakchich et de clientélisme à la russe!

La route vers l'usine

La route vers l’usine

Une camionnette russe en slalom.

Une camionnette russe en slalom.

Je peux vous assurer que conduire sur cette route c’est un peu comme faire de l’auto-tamponneuse :

1)      il faut oublier le principe de la conduite à droite , ici on conduit où l’on peut.

2)       Et comme les nids de poules (voire nids d’autruches) sont inévitables ça fait un peu « boiing, plouf, bouimm » ça secoue  dans la caisse !

Vous êtes bien chanceux d’avoir ces belles photos car à ma grande déception lors de mon retour de vacances… les trous ont été rebouchés !!!

Mis à part ça le paysage est typiquement russe et bucolique. Les petites datcha (que j’adore) aux potagers prolifiques longent la fameuse большая заречная  « bol’shaya zarechnaya» , des voitures rouillées s’entassent dans un jardin, on fait un coucou à Bob l’Eponge (ah non, oups c’est une poubelle, un véritable joyau de l’art contemporain) et on admire la forêt.

Une Datcha russe, maison typique

Une Datcha russe, maison typique

une petite Isba

une petite Isba

Comme on en trouve beaucoup en Russie, des "produkty" petites épiceries souvent ouvertes 24h/24

Comme on en trouve beaucoup en Russie, des « produkty » petites épiceries souvent ouvertes 24h/24

Que dire ? Cela fait partie des questions que je ne me pose plus....

Que dire ? Cela fait partie des questions que je ne me pose plus….

Un collector dans Luga, LA poubelle Bob l'Eponge ! Je la trouve tellement sympathique.

Un collector dans Luga, LA poubelle Bob l’Eponge ! Je la trouve tellement sympathique.

La forêt qui entoure l'usine

La forêt qui entoure l’usine

Et enfin…, clou du spectacle…. Notre belle usine ! Peut-être la plus belle réussite architecturale de Luga.

Une usine au milieu de la forêt c’est tout de même assez peu commun et je ne pense pas un jour retrouver un endroit où sur le chemin de retour je peux: prendre mon vélo, cueillir des myrtilles et caresser une chèvre.

Il n’y a qu’à Luga que l’on voit ça !

Vue extérieure de notre usine. Pas mal non ?

Vue extérieure de notre usine. Pas mal non ?

Je range le vélo, et voilà c’est parti pour une petite journée de plus en V.I.E !

à bientôt, Laura

Encore un peu de St Pétersbourg ? A little bit more of St Petersburg ? Ещё Немного о Санкт-Петербурге

26 Oct

Je trouve que mon blog ne fait pas toujours assez honneur à la Russie !

En effet,  Komunalka en phase de décomposition, immeubles en vrac, voitures rouillées et sourires édentés ne sont pas des plus vendeurs.

N’allez pas imaginer qu’en Russie tout le monde vit dans des appartements moisis et ne mange de l’année que des choux et des pommes de terres le tout littéralement noyé sous la mayonnaise

Je reconnais qu’effectivement,  à Luga, on a plus souvent l’occasion de goûter à la betterave qu’à la truffe… (quoi que, grâce au marché local j’ai eu l’occasion de me faire des poêlées de champignons frais,  cèpes et girolles… largement au niveau de la France !)

Toujours est-il que la Russie moderne c’est aussi : Des filles sexy, du glamour à fond le ballons, des mariées qui se baladent partout, des cathédrales à vous couper le souffle et des limousines d’un goût parfois discutable.

Parce qu’une petite piqûre de rappel ne fait jamais de mal, je vous ai préparé une sélection de clichés.

Je les ai pris au gré de mes visites à Saint-Pétersbourg  et de ma motivation pour trimbaler mon appareil photo…. (visites sur lesquelles je me suis largement calmé ces derniers temps afin de sauver mes finances d’une catastrophe dépensière (Ikea, resto, zara…))

Au menu : St Sauveur sur le sang versé, Nuits Blanches, Pont Bankovsky, Hermitage, ponts qui s’ouvrent et filles sexy… Bref, les incontournables.

 Avec l’arrivée de nouveaux VIE ou les visites de collègues il y a des monuments pour lesquels je collectionne déjà au bas mot cinq tickets d’entrée… Mais j’espère en avoir même plus quand mes amis se décideront enfin à me rendre visite en Russie… (à bon(ne) entendeur(se)) 

Je vous propose de commencer la balade…

1) Les nuits blanches :

A Luga et a fortiori à Saint-Pétersbourg, comme vous l’avez remarqué on est carrément au NORD… en comparaison, Moscou c’est les tropiques… (j’exagère éventuellement un peu).

Le fait est que cette position géographique qui nous offre un hiver froid et  glacial plongé dans l’obscurité quasi totale nous permet aussi, Ô joie , d’avoir des nuits à rallonge l’été.   Mais des vrais nuits sans noir pour de vrai !

(Info culture du jour :  Saint-Pétersbourg se trouve à la même latitude que les villes d’Oslo et de Stockholm ainsi que du sud de l’Alaska ou de la pointe sud du Groenland. Autrement dit, attention on se pèle !!!) c’est une latitude très septentrionale !!

2h du matin dans les rues de St Pétersbourg au mois de juin. Une lumière typique en cette période

Un peu plus de lumière, normal il doit être à peu près 3h00 du matin sur cette photo. Toujours au mois de Juin.

Toujours au mois de juin, le canal Fontanka à 3h00 du matin !

Comment oublier… les Nuits Blanches ce sont évidemment, tous les ponts de la Néva qui s’ouvrent les uns à la suite des autres ! Ici un des plus connus, le pont Dvartsovy !
Vous noterez un peu moins de lumière, normal nous sommes déjà fin juillet et les nuits ont commencé à raccourcir.

2) Filles, mariages et limousines ….

Difficile d’éviter le sujet, dans notre imaginaire collectif la Russie n’est peuplée que de grandes blondes plantureuses à la recherche de maris potentiels….

C’est un peu cliché certes… mais, Sachant qu’il y a actuellement 66,2 millions d’hommes (46,3%) contre 76,7 millions de femmes (53,7%) en Russie, laisse près de 10 millions de femmes libres. Ajoutez à cela que les hommes russes ont des physiques généralement peu avantageux (selon mes propres critères) le mâle est âprement chassé ici !

10 millions de célibataires ça fait beaucoup.  Je vous laisse imaginer que la concurrence est rude et mieux vaut ne pas se laisser aller. Oubliez vos crocs et votre polaire Quechua, optez plutôt pour talons hauts et couleurs flashy.

Notez tout de même que si les français en visite touristique se « brûlent la rétine » à chaque détour de rue, les russes eux n’y prêtent plus guère d’attention.

Personnellement je commence à m’y habituer mais cela vous donne quand même parfois l’impression d’être un petit boudin de moins d’1m60 le tout caché sous une doudoune en plumes de canard…  pas toujours bon pour l’égo !

Les Russes ne sont pas là pour enfiler les perles, attention !

Ici on ne perd pas de temps, on se marie ! et comme à peu près tout en Russie, on le montre au maximum, limousine, Robes, lieux publics, shooting photo….

Tellement typique à St Pétersbourg, un groupe de filles qui ont mis le paquet dans un style très « à la Russe ».

Là ça pose sévère pour un enterrement de vie de jeune fille, joli défilé de jambes !

Ici on aime bien faire dans la sobriété et le raffinement… notre petit groupe sort tout droit de cette limousine Hummer rose fushia. Pourquoi pas ?

Se marier en Limousine… pfff c’est d’un commun !

Une fois que l’on a fait l’enterrement de vie de jeune fille, paf : le mariage !
Ici la coutume veut que l’on aille dans des lieux publics assez fréquentés pour faire une balade et des photos le jour de son mariage. Du coup, des mariées, vous en croisez souvent !

Tiens, encore une mariée !

Encore une ? Sérieusement ? Oui oui, la mariée c’est très courant par ici !

3)     Enfin, dernier point:  Saint-Pétersbourg, c’est beau.

C’est une ville où l’on trouve toujours de quoi s’extasier. Cathédrales, ponts, bâtiments, lumière…   On est assez loin de nos classiques européens, ça brille et ça clinque, c’est la Russie !

Déjà vue dans un article précédent sur Saint-Pétersbourg mais elle reste tout de même à couper le souffle !

Le griffon du pont Bankovsky. Un des emblèmes de la ville.

Le palais de l’Hermitage

Détail d’une porte de l’Hermitage. Toujours dans la légèreté…

La Cathédrale St Isaac

En Russie une des républiques est la « Bouriatie », géographiquement proche de la Mongolie. Les bouriates sont majoritairement bouddhistes, ce qui explique la présence de ce temple dans la ville.

Dans le jardin du temple.

Partie de Baby Foot dans un bar un peu « underground » de Saint-Pétersbourg.

Une belle Lada toute neuve, au moins aussi typique que la limousine…

Finalement nous ne sommes pas si loin de la Russie !

A bientôt, Laura !

Filles et Garçons en Russie, Boys and girls in Russia, Мальчики и девочки в России

22 Juil

Je reconnais avoir été quelque peu longuette entre mon dernier billet et celui-ci et je m’en excuse platement.

J’ai cependant en ma possession plusieurs éléments pour expliquer cette absence.

  1. Etant donné que mon travail implique de passer un certain temps derrière un écran, difficile en rentrant de rallumer l’ordinateur.
  2. Généralement j’écris mes articles le week-end et les derniers ont été assez occupés entre la visite d’autres VIE et un déplacement en Roumanie .
  3. Maintenant que j’ai un nouvel appareil photo,  il faut faire un choix pour trier tout ce que l’on a mitraillé et ça prend un peu plus de temps.
  4. Entre mes cours de russe (parce que j’essaie de me cultiver et de devenir chaque jour plus intelligente) et mes cours de fitness (parce que j’essaie aussi de me créer une vie sociale à Luga et de garder un corps de déesse, pas facile avec le régime à la russe), difficile de trouver beaucoup de temps le soir.
  5. Des fois un peu la flemme, malheureusement, il faut que je m’avoue cette triste vérité.

Bref, en ce week-end de nuits blanches nous étions trois VIE à Saint-Pétersbourg (Adrien, Julie et Laura), dont une des trois qui inaugurait son appareil reflex (celle-ci apprend toujours à s’en servir et est encore très loin de tout comprendre soit dit en passant…).

Rien de très remarquable en cette fin de mois de juin mis à part, comme d’habitude un soleil qui refuse de se coucher et une nuit qui ne daigne rester plus d’une demi-heure…

Ah oui, où avais-je la tête, j’allais oublier une chose : l’Alye Parusa (Алые паруса) ou la voile rouge. En d’autres termes cette date marque la fin des examens pour les jeunes Pétersbourgeois (ou Saint-Pétersbourgeois comme vous préférez)

Comme me l’a expliqué mon manager cela consiste à voir tous les lycéens et lycéennes dans les rues arborant leurs plus belles tenues le tout avec beaucoup d’alcool. Généralement le style des tenues se dégrade au fur à mesure de la soirée parallèlement au taux d’alcool dans le sang qui augmente proportionnellement.

Il est vrai que la ville était remplie de lycéens en folie ce qui a plus que ravi mon appareil photo si jeune et vigoureux !

Je vous laisse apprécier,

à très bientôt, Laura

Un style typiquement russe au hasard de Малая Морская улица (malaya morskaya ulitsa) à Saint Pétersbourg

En ce jour de fin d’examens, tous les costumes sont de sortie, ici un jeune élève de la marine accompagné de sa dulcinée dans la jardins Alexandrovsky (Алекса́ндровский сад).
PS: vous noterez que les Russes aiment beaucoup faire des effets de cheveux, les filles sont expertes dans les tresses en tout genres.

Un jeune couple dans les rues de St Pétersbourg à kirpichniy pereulok (кирпичный переулок)

En cette fête de fin d’année Алые паруса (Alie Parusa) tous les jeunes sont de sortie et m’ont pris pour une photographe officielle, résultat, j’ai une photo bien posée !

En tant que bons français, nous sommes allés soutenir l’équipe de France pour sa défaite face à l’Espagne lors de l’Euro 2012. Pour nous remonter le moral (ou surtout celui d’Adrien) cette jeune serveuse a volontiers posé devant l’objectif. Je ne pouvais pas passer à côté de cette tenue des plus habillées…

L’objectif de fin d’année est enfin atteint !

Décidément, ça sent le printemps !

Premier jour d’utilisation de mon Canon 600D. J’apprends à faire quelques réglages.

A force de jouer autour de lui, je crois qu’il l’a trouvée.

Visages Russes, Russian faces, Pусские лица

24 Juin

La Russie est à la jonction entre l’Europe  et l’Asie ( à savoir 75% pour l’Asie qui l’emporte haut la main face aux pauvres 25% de l’Eurpose).  Elle s’étend sur plus de 17000m² de surface autrement dit : c’est grand !  A vrai dire c’est même le plus vaste Etat de la planète….

Qui dit grand pays dit diversité. Je souhaitais vous faire partager quelques portraits que j’ai réussi à attraper à  Saint Pétersbourg .

Au hasard du métro, des bars, du train ou dans la rue tout est prétexte pour tirer le portrait. Jeunes, vieux, hommes, femmes, décontractés, très habillés ou simplement provocants tous les styles sont en Russie.

Bon je n’ai pas la prétention d’avoir traversé tout le pays (majoritairement Luga et St Pétersbourg)  et je viens à peine d’acquérir mon nouvel appareil photo (je fais avec ce que j’ai réussi à prendre en un court week-end).

 

 

 

 

 

Nikita et Arsalan devant la Cathédrale St Isaac à St Pétersbourg.

 

 

Arsalan devan « Le Cavalier de bronze » représentant Pierre le 1er.
Arsalan vient de la Bouriatie, une des républiques de Russie qui longe le lac Baïkal « la Mer Sacrée » des Bouriates.
La population bouriate est issue d’un brassage entre chamanistes indigènes et nomades mongols.

 

Un liseur dans le métro de Saint Pétersbourg
Bien possible qu’il soit lui aussi Bouriate

 

Ce week-end de juin, tous les étudiants étaient de sortie alcoolisée et sur leur 31 afin de fêter la fin des cours.

 

Dans le train entre St Pétersbourg et Luga, deux Babushka qui ont beaucoup de choses à se dire, qui mangent des glaces, des chips et des beignets aux pommes. Le train toujours une expérience très intéressante !

 

Après-midi animée dans le train entre St Pétersbourg et Luga. Au menu, glaces, biscuits et partie de carte !

à bientôt,

 

Laura.

 

Luga by car ! По Луге на машине ! Luga en voiture !

19 Juin

Si vous me connaissez un tantinet soit peu vous savez que je m’intéresse un minimum à l’automobile…  petit article spécialement dédié…

Si vous pensiez que Luga était une ville proche du tiers monde, que nenni ! Beaucoup de personnes imaginent que la civilisation n’est pas arrivée jusqu’ici, ne vous inquiétez pas! On ne peut peut-être pas boire l’eau du robinet mais en tout cas, ça déballe de la bagnole attention !

Luga, ça envoie du lourd, attention la Porsche Cayenne, on se croirait presque à Nice !

Audi n’est pas en reste, décidément, les allemandes ont la cote !

Et oui le paradoxe Russe, où se côtoient les vieilles « gigoulis » terme soviétique de Lada et les Porsche Cayenne flambant neuve. Cependant, laissez moi émettre un avis comme quoi la Porsche cayenne n’est peut-être pas le fruit d’un crédit contracté par un petit employé russe qui est gentiment allé s’endetter sur 5 ans auprès de sa banque à 5,7%  TEG fixe. Je suppose qu’il s’agit plutôt là d’un oligarque plein aux as qui a du racheter plus ou moins légalement une entreprise lucrative pour une bouchée de pain.

Entre une Lada et une Mercedes il faut choisir

Et voilà une Lada (ou Jigouli) typique union soviétique.
Sachez que si le modèle et le design sont complètement dépassés, ces véhicules sont encore produits et vous pouvez les acheter flambant neufs… Une aubaine !

En Russie, deux mondes se côtoient, le temps du socialisme et du partage des richesses semble bien loin.  Contrairement aux pays des Emirats, les fortunes russes ne profitent pas à tout le monde. Par exemple, le Qatar avant de racheter le PSG et d’y mettre tout plein de joueurs très bien payés, avaient déjà pensé à améliorer les infrastructures du pays, centrales de désalinisation, routes, centres commerciaux, hôpitaux….

Ici mieux vaut s’afficher dans une grosse allemande (et non pas avec une grosse allemande, c’est moins glamour) tant pis si vous roulez sur une asphalte minable ravagée par les nids de poules (et de très grosses poules attention).

Un style certain, voire…. un certain style !

Au choix: Jigouli ou SUV

Pour information, sachez qu’ici, si vous avez de l’argent le but est de le montrer et de le dépenser (pas toujours avec goût comme vous pouvez le remarquer…). Bref, rien à voir avec nos PEL et « la rigueur de l’épargne française » comme dirait mon banquier…

La Russie est très intrigante et j’apprécie chaque jour un peu de plus de découvrir ce pays si contrasté.

Une Peugeot 206 tout ce qu’il y a de plus banal…

Et non !! Elle a : UN COFFRE.
Juste parce que je sais que nous adorons voir ça « oh regarde la 206, elle n’est pas comme en France, elle a un coffre ! »
Ne vous inquiétez pas je peux aussi vous trouver la même chose version Polo ou Clio si vous voulez.
Sachez qu’ici le hayon est très souvent remplacé par un coffre qui procure un signe extérieur de richesse plus évident.

à bientôt,

Laura

Étonnante Russie…Surprising Russia…Удивительная Россия

28 Mai

Aujourd’hui, pas de grande philosophie sur le monde…

simplement quelques petites différences entre la France et la Russie.

Dans le centre ville de Luga, affiche pour le « день победы » (Dien Pabiedi), le jour de la victoire, célébré le 9 mai.

1) La Guerre 1939 – 1945

Pour nous il s’agit d’un terrible évènement sanglant, majoritairement orienté sur l’holocauste et sur la perte de millions de civils.

Pour les Russes, il s’agit de la Grande Guerre Patriotique, le pays a perdu plus de 30 millions de personnes et les vétérans font la fierté du pays.  On ne célèbre pas le 8 mai la fin de la guerre mais  le 9 mai  jour de la victoire. Tous les Russes se sentent concernés, les rues sont pleines et les vétérans reçoivent des fleurs de la part d’un grand nombre de passants.

Dans le centre ville de Moscou, affiche pour le « день победы » (Dien Pabiedi), le jour de la victoire, célébré le 9 mai.

2) Parfois une autre conception de l’art…. 

Tout près de chez moi il y a cette sculpture, si nous pouvons cependant la dénommer ainsi.

Pourtant, question art je suis assez ouverte,  mais là j’avoue que je sèche un peu… Luga aurait besoin de quelque chose de plus gai et de positif qu’un vieil engin militaire.  Mais personne ne s’en est jamais plaint apparemment…

En France, nous avons le 1% culturel, là j’ai un peu du mal à déceler le côté artistique de la chose. Je suis sceptique…

3) Un détournement d’objets quelque peu surprenant

Un pneu… pourquoi pas, personnellement je me serais abstenue. Mais il ne faut pas s’arrêter aux différences culturelles.

Je pense qu’en hiver ces pneus doivent avoir une certaine utilité pour délimiter le terrain, mais avec la verdure ça a un peu un côté art moderne à côté de la plaque…

Surprise, ce n’est pas UN pneu, mais TROIS…. encore plus beau quoi…
Michelin peut aussi se lancer dans l’aménagement d’extérieurs, je suis sûre que cela aura beaucoup de succès… !

4) Une franchise à toute épreuve

Les Russes sont des personnes très franches, ce qui est vraiment appréciable. S’ils vous disent non, ce sera clairement non sans jamais se fâcher

  • par exemple « non, je ne peux pas répondre à ta question, tu me gènes j’étais en train de réfléchir à autre chose ».
  • « Non je ne peux pas te déposer en voiture, ça me fait vraiment un détour, trouve-toi quelqu’un d’autre »
  • « Je travaille désolé, pas disponible »

Ma réaction initiale : « Ah…..bon…. Voilààà…. Ok…. bon, merci ça marche… »

En France nous avons quelque fois tendance à tourner autour du pot pour ne pas vexer ni l’un , ni l’autre, trouver un compromis. Généralement, en Russie, les prises de becs sont sans rancunes, on se dit les choses une bonne fois pour toute et on passe à la question suivante.

D’un autre côté, s’ils vous  disent oui ou vous invitent chez eux, ce sera toujours avec sincérité et une véritable envie de vous faire partager leur quotidien.

Par exemple, lorsque j’étais invitée à Moscou chez Anastasia, jeune Russe Moscovite (ndlr: plutôt dans les standards très jolie, grande, mince, blonde, les yeux bleus et des allures de top model) j’ai eu le droit à un accueil  de ministre !

  • On vient te chercher et on te ramène en voiture à la gare
  • On va te faire les courses
  • Je te laisse ma chambre
  • Que veux-tu faire au programme
  • Je te fais à manger
  • Nous t’invitons cet été dans notre Datcha… !  
S’il vous disent qu’il y a un chien méchant, c’est aussi la vérité…  j’en ai fait les frais la première semaine, mon mollet s’en souvient encore !
Pas de quoi vous plaindre, vous êtes prévenu, à vous de faire attention. Comme quoi il est nécessaire d’être toujours très attentif à son environnement… umpf !

L’écriteau que j’aurais du voir dès le premier jour… mais que je n’avais pas vu !

à bientôt,
Laura

Le printemps débarque en Russie ! Springtime in Russia ! Весна Приходит в Россию !

27 Mai

Faisons la peau aux idées reçues, la Russie n’est pas recouverte de neige 365 jours par an.

Bien qu’il se soit fait attendre, fin avril le printemps a décidé d’être un mec cool, et d’arriver ENFIN à Luga. Et comme le printemps est un mec vraiment cool, il a décidé de squatter un peu ! À vrai dire je lui laisse carte blanche, il peut rester autant de temps qu’il veut, c’est ma saison préférée  (en plus on a une chambre de libre alors ça tombe bien) !

Les abords de la gare au printemps.

Une vue très bucolique de la gare.

Le printemps Russe, c’est tout vert ! Et je vais vous étonner, il y a une explication tout à fait rationnelle à cette prolifération végétale. En effet une alternance de « oh qu’il fait beau » et de «Et mince… paf la pluie sur ma tronche… »  procure une force surpuissante à nos amies les mitochondries qui, du coup, bossent à fond les ballons après quelques mois d’hibernation. C’est le règne de la photosynthèse !

Il fait officiellement beau, ça y est !

Résultat, tout le monde est content, il fait beau, les jours se rallongent, on peut manger dehors, faire des шашлык (shashlik), prendre le soleil, et aussi, activité très appréciée des Russes de tout âge et de tout sexe, aller s’envoyer des bières dans les parcs… Bref, c’est la joie de sortir de l’hiver!

sport national très populaire, boire un coup dans les parcs.

Les vélos et les ballades sont maintenant de rigueur ! Il faut d’ailleurs que je pense à aller m’en acheter un !

Le soleil qui se couche de plus en plus tard et se lève de plus en plus tôt.

De mon côté, si je ne m’enivre pas à la vue de tous les inconnus, je délaisse l’ администрация (Administratzia) pour пирожковая (Pirojkovaya, la boutique à Pirajoks).

Cet endroit dispose d’une terrasse, ce qui lui confère un avantage concurrentiel durable.  Il s’agit d’une sorte de  « fast food » (d’ailleurs le seul de Luga) mais avec de la nourriture typiquement russe, le tout servi dans des assiettes en plastique… du très haut standing quoi.

Alexey et Maxim à пирожковая.

Question météo j’ai pour l’instant vu la Russie sous trois options possibles,

  1. Le blanc immaculé de l’hiver _ synonyme de qu’est-ce qu’on se les gèle mon dieu par -25° C
  2. Le marronnasse boueux cracra du dégèle
  3. Le vert resplendissant _ début du printemps annonciateur des nuits blanches, de la fournaise estivale et des attaques d’insectes voraces en tout genre (ndlr attention à la piqûre de  la tique encéphalite qui vous file la méningite, le risque est de finir soit débile soit mort, vision qui ne m’enchante que très moyennement)
  4. Et j’imagine que nous passerons forcément en phase 4  par un bel orange automnal.

J’allais oublier, ici tout fleurit, les tulipes, les lilas (que j’apprécie tout particulièrement) mais aussi les V.I.E !

Et paf, ça pousse comme par magie ! Depuis cette semaine, Adrien, originaire de Bourgogne a fait son apparition dans notre usine. Pour rassurer sa copine et sa famille, hop, une photo, regardez il est en un seul morceau et n’a même pas peur des chiens méchants !

Adrien, ingénieur spécialisé en logistique, nouveau VIE et aussi colocataire par la même occasion

Le lilas très important, il y en a partout et bien plus beaux que ceux de Nice !

Voilà,  je tenais à vous rassurer, au mois de mai nous ne sommes officiellement plus ensevelis sous la neige.

A bientôt,

Laura

Et oui, maintenant j’habite à Luga… и да, сейчас я живу в Луге… And so, yes, I live in Luga now…

13 Mai

Bon ne nous voilons pas la face, même si j’essaye d’impressionner tout le monde avec mes belles photos de st Pétersbourg, la réalité est tout autre… Il faut l’avouer, la ville où je passe la majeure partie de mon temps est Luga «Луга» (à prononcer Louga).

Petite leçon d’histoire géographie :

  • Luga a été créée en 1777 par Catherine la Grande, elle se situe dans l’oblast de Leningrad «Ленинградская обл» à 140 km au sud de St Pétersbourg et est traversée par le fleuve…. Luga (CQFD).
  • Selon Wikipédia (source intarissable de savoir) , mais aussi selon mes diverses discussions avec les autochtones, la ville joua un rôle central au début de la Seconde Guerre Mondiale (Grande Guerre Patriotique en Russe)  en retardant l’avance allemande sur Leningrad  (aujourd’hui St Pétersbourg).
  • Actuellement, Luga serait peuplée de plus de 35 000 âmes, qui, a mon humble avis sont soit fichtrement bien cachées soit déjà six pieds sous terre…  car honnêtement on ne se sent pas bousculé par la foule outre mesure.

Bref, il s’agit d’une petite ville de province qui ne casse pas trois pattes à un canard…

Une question que l’on peut légitimement se poser est la suivante: « mais à quoi peut bien ressembler cette fameuse ville de Luga ? ». Je ne souhaitais pas vous laisser une minute de plus dans cette attente que j’imagine insupportable, c’est pourquoi ce billet aujourd’hui.

Par un beau dimanche de mars Юлия (Julia) qui travaille avec moi et qui habite Luga depuis plus de huit ans me propose d’aller faire un tour dans les environs. Je me dis «Chic chic chic, des photos potentielles pour mon blog… en plus il y a du soleil ! J’arrive ! ». J’ai pu prendre quelques clichés hivernaux afin que vous vous fassiez une idée plus précise d’un petit morceau de campagne russe.

Les alentours sont dotés d’une jolie nature et de beaucoup d’espaces verts (bien évidemment blancs en hiver, ndlr). Les routes sont souvent dans un état plutôt déplorable (et j’écrirai absolument un article à ce propos) et les immeubles gardent quand même une forte influence soviétique dans un style plutôt vétuste et délabré dirons nous.

Un exemple typique de vieux bâtiment qui tombe en ruine, ici une usine désaffectée dans laquelle des enfants étaient en train de jouer. Je me demande bien ce que l’on pouvait y produire à l’époque…

Une ancienne usine désaffectée de Luga en hiver, mars 2012

Comme expliqué précédemment, à Luga, il y a un fleuve (ou plutôt rivière). Qui dit fleuve, dit souvent, pont ou encore animaux qui vivent là où il y a de l’eau pas très loin. Nous avons donc nourrit les canards avec du pain de la veille acheté dans un petit magasin tout près de là.

(Notez qu’en Russie vous trouverez toujours « un petit magasin tout près de là ». Il y a un nombre incalculable de « продукты » à tous les coins de rue. Ces magasins  vous vendent de la nourriture, des produits frais, de la bière, beaucoup de bière, de l’alcool et quelques produits d’hygiène de première nécessité. Attention à régulièrement vérifier les dates de péremption)

Ici Julia et une très belle vue sur la rivière de Luga ainsi que les magnifiques immeubles qui la longent…

Je vous laisse admirer ce pont où les Luguéens et Lugéennes ont laissé s’exprimer toute leur sensibilité artistique. Je ne sais pas s’ils ont tous déjà fait un tour à Paris, mais ça a presque (je dis bien presque) un côté Pont des Arts.

Un pont de Luga, dont le cadenas rose est d’un chatoyant, regardez comme ça chatoie !

Julia en pleine action.

Ce jour là nous n’étions pas les seules à nourrir les canards super résistants au froid, il y a avait aussi cette dame et son enfant.

Юлия m’a expliqué un principe russe : à chaque ville son Lénine, petite ville, petit Lénine, grande ville, grand Lénine. Bon ben à Luga on ne peut pas dire que notre Lénine soit bien grand mais il ne s’en sort pas trop mal. Ça aurait pu être pire, il aurait pu avoir la taille d’un soldat de plomb ! (et là j’aurais vraiment habité dans un bled…).

Un des parcs de Luga avec une belle statue de Lénine. Admirez mon style soviétique… que ça me va bien !

Restons dans le style soviétique, que l’on peut qualifier, disons-le clairement : de moche ! C’est un peu comme l’obélisque de la Concorde,  mais en un peu moins bien dirons-nous… Un bloc de pierres à la gloire du travail, de l’agriculture et des 200 ans de Luga.

Édifice soviétique typique à la gloire du travail de la terre notamment.

Quid de  l’art et la culture? Je ne souhaite pas vous laisser penser que Luga est dénuée de toute forme d’art ou de culture digne de ce nom. Il y a… tadammm un cinéma « кинотеатр ». D’accord, nous sommes loin de l’Imax 3D version Blu Ray ++ High Quality Definition remasterised Dolby Digital, mais il a le mérite d’exister. Oubliez le Pop Corn et les bornes automatiques, ici le confort est plutôt sommaire. Юлия voulait vraiment que je vois la salle (et surtout sa vétusté a apriori) mais au même moment un film était en train d’être projeté. Ce qui est un point plutôt positif, cela signifie qu’il est encore en activité !

Entrée du cinéma de Luga

Je crois qu’Allociné n’est pas encore franchement développé ici, donc si vous voulez connaître les horaires, le mieux est de vous reporter aux affiches… peintes à la main s’il vous plaît ! Par exemple vous pouvez-voir du 3 au 8 mars Madagascar 2 et du 10 au 15 mars Rio, (tous deux des films d’animation), concernant l’horaire, un peu plus bas sur l’affiche cela disait que c’était à 14h00.

Blague à part, je leur trouve beaucoup de charme à ces pancartes et la personne qui les peint est à mon goût, plutôt douée !

Madagascar 2 et Rio !

Encore des affiches

Les affiches du cinéma de Luga

Enfin en attendant votre séance, vous pouvez vous faire une petite partie de « Basketball », un jeu un peu à l’ancienne mais je suis sûre que l’on doit bien s’amuser. Dernier détail, dans le même bâtiment, à côté de la caisse, il y a avait aussi une table de ping-pong, allez savoir pourquoi, moi je ne sais pas… !

Basketball, un jeu de l’époque soviétique

Laura

прогулка по Санкт-петербургу , Une ballade dans Saint-Pétersbourg , A tour in Saint-Petersburg.

1 Avr

Cela fait déjà trois fois que je me rends à St Petersbourg mais finalement je ne vous ai fait aucun retour sur les visites touristiques… d’ailleurs mes collègues russes  se demandent tous, pourquoi je m’obstine à ne mettre que des photos bizarres.

J’explique que mes (très fidèles) lecteurs ne recherchent  pas à lire un guide touristique mais plutôt à comprendre qu’elle est la réalité ici en Russie. Effectivement les cathédrales et monuments en tous genres, Wikipédia et Google Image le font bien mieux que moi !

Cependant, je me disais qu’il serait quand même bien dommage de ne vous montrer que des komunalka, des trains et des cantines publiques.

Je vais faire de mon mieux pour vous faire partager mes différentes visites.

Bon bon bon, Saint-Pétersbourg ce sont des cathédrales à peu près partout, avec des noms un peu moins classiques que chez nous… On est loin des St Jean et Notre-Dame, là on parlera des cathédrales Kazansky, Smolny, St Isaac…. Ma favorite reste Saint-sauveur-sur-le-sang-versé  (Храм Спаса на Крови). Elle doit se joli nom à Alexandre III, son père le Tzar Alexandre II s’étant  fait assassiner à cet endroit précisément en 1881, il a décidé de mettre le paquet  en sa mémoire en construisant une église.  Sous le communisme ce sublime édifice n’était qu’un stock, la religion n’étant pas la tasse de thé de Staline et ses copains.  Aujourd’hui c’est seulement un bâtiment à visiter avec tout plein de touristes dedans le tout affublés de magnifiques sur-chaussures en plastique bleu!

Dans l’ensemble on en a plein les yeux, c’est véritablement magnifique,  mais on s’y perd un peu… il y en a de toutes les couleurs et toutes les formes ce qui n’aide pas à l’homogénéité.

La fameuse cathédrale de Saint-Pétersbourg, connue pour être quelque peu une copie de celle de Moscou.

Etre bien couverte n'est pas une option, le style passe en second !

L'intérieur est entièrement fait de mosaïque et les couleurs sont si vives !

Malgré mes connaissances limitées en photo et la qualité de mon appareil, je ne suis pas mécontente de cette prise !

Encore une autre cathédrale, d'après moi elle a plutôt le look de la maison blanche mais bon, s'ils disent que c'est une cathédrale, on va les croire sur parole;

Ah oui j’allais oublier la ville est construite autour de la Neva et ses canaux, qui, évidemment, gèlent par ces fraîches températures (la grande question est pourquoi au même instant la petit rivière de Luga coule libre comme l’eau…). Il nous est donc possible d’aller et venir librement sur la glace, impression plus qu’étrange, finalement c’est un peu comme se retrouver dans la peau de Jésus en hiver.

En tant que niçoise pure souche,  je m’y aventure le temps d’une photo et je remonte dare-dare sur les quais. On appelle ça l’instinct de survie.

Mes deux collègues Nikita et Arsalan qui m'ont fait faire un tour de la ville

Véridiquement congelé !

Qui dit fleuve et canaux implique forcément des ponts, celui là est minuscule, les vrais ponts de St Pétersbourg s'ouvrent en été pour laisser passer les grosses embarcations.

Nous étions là avec une jolie jeune russe que Nikita a accostée dans un Sushi Bar, rien de plus normal qu'elle passe le reste de l'après-midi avec nous... Pratique courante en Russie

La ville étant entourée par les marais, il a fallu construire un métro bien profond pour passer en dessous. Lorsque vous descendez dans les stations, attention, la pente est raide, un peu comme à Londres. (Ndlr : ma valise rouge n’a pas spécialement apprécié la petite chute dans l’escalator… umpf !) Les wagons et l’architecture sont tout à fait « old school » on se croirait dans les années soixante, tout à fait vernaculaire ! Pour information: Sachez qu’en Russie la politesse veut que vous laissiez toujours votre place aux personnes âgées, aux femmes enceintes et aux femmes en général.

Descente du Métro de St Pétersbourg

Un autre standing que le métro de Paris...

Fin d’après-midi, l’heure du thé ! En Russie prendre un thé est une pratique plus que courante qui l’emporte haut la main face au café. Pour une fois je suis bien contente de faire partie du groupe des buveurs de thés sans me sentir ostracisée…  Nous avons donc profité de la fin de journée pour entrer dans la librairie « Singer » et nous installer avec une  vue imprenable sur la cathédrale afin de profiter d’un moment de convivialité. Je comparerais ça au Virgin Café de Nice mais 1000 fois plus classe…

Vue depuis le café "Singer" à prononcer Tzinger, en face de nous, la Cathédrale Kazansky et une tulipe rouge .

Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas que le thé, la Junk Food est aussi bien implantée en Russie. Il est loin le temps du communisme où le géant américain n’avait pas le droit de cité,  à Saint-Pétersbourg, le roi du Fast-Food a pignon sur rue et j’ai bien apprécié mon « Rhéppy Meal » accompagné de son Chicken Burger. Je ne sais pourquoi mais tout touriste qui se respecte finira un jour ou l’autre dans le McDonald’s local. La coutume (ou peut-être mon oeil affuté d’ancienne équipière) veut que nous fassions toujours une comparaison bien précise entre notre McDonald’s et ceux de l’étranger, ça ne vous rappelle rien ?

 » And you know what they call a Quarter Pounder with Cheese in Paris?

They don’t call it a Quarter Pounder with Cheese?

Nah, man, they got the metric system. They wouldn’t know what the fuck a Quarter Pounder is.

What do they call it?

They call it a « Royale with Cheese. »

« Royale with Cheese. »

That’s right »

Trop bien, on n'a pas le Chicken Burger en France dans le Happy Meal !!

En venant en Russie, je me suis dit que je pourrais assouvir mes envies d’opéra et de ballet, j’ai pu découvrir le théâtre Mariinsky, bel exercice de style, très rococo, mais parfait pour combler les rêves de Russie éternelle.  Attention, ici les filles mettent le paquet. L’opéra est  l’occasion de se mettre sur son 31, voire même sur son 32 ! Il faut aussi bien travailler le port de tête, la jeune russe se tient bien droite, pas question de s’avachir sur son siège ! Sachez qu’aucun détail n’est laissé de côté, ongles, maquillage, talons, chevelure impeccable et mini-jupe donnant sur une silhouette sylphide (mais la question des filles russes et des relations hommes/femmes feront l’objet d’un futur article). J’avais l’impression de faire quelque peu tâche dans le paysage… en pantalons, bottes et sac sans monogramme.

Bref, le reste de l’auditoire mis de côté, J’ai pu assister à Madame Butterfly, opéra italien en trois actes de Giacomo Puccini, ainsi qu’à Don Giovanni, opéra en deux actes de Wolfgang Amadeus Mozart. Même si j’avais préparé mon sujet avant la représentation, je dois reconnaître que l’opéra sous-titré en russe demande 100% de votre attention et la concentration d’à peu près tous vos neurones. Résultat, parfois je m’attardais plus sur les décors et les costumes que sur le sens même de l’histoire !

Au prix de la place dans la loge des tzars, mieux vaut être accroché à son siège....

Mon premier opéra en Russie (et sous-titré en russe....)

Je reconnais ne pas avoir l'air bien détendue... peut-être impressionnée par la russe qui me prend en photo.

Je ne me lasse pas de découvrir ce pays et ses habitudes. La Russie est le pays des contrastes, des fois si facile et d’autres fois si compliquée, parfois magnifique et d’autres fois d’un goût si discutable, encore bien des articles à rédiger.

à bientôt,

Laura

Une petite dernière pour la route !
Les goûts des russes sont parfois tout à fait discutables, comme ce "Party Bus" de mariage... Un bus limousine, un concept d'un style certain voire même d'un certain style.

я живу в коммуналке ! J’habite dans une Komunalka ! I live in a Komunalka !

26 Mar Cuisine de la Komunalka

J’ai passé le week-end dernier à Saint-Pétersbourg,  j’ai logé dans la même auberge de jeunesse que précédemment « soul Kitchen Hostel »  (confortable, d’excellentes rencontres et bien placée !)

Au programme, Nikita, (qui en a d’ailleurs marre de toujours recevoir des e-mails adressés à Mrs.Filimonov, merci Luc Besson…), un de mes collègues nous invite à fêter ses 25 ans. Je me rends donc samedi soir chez lui, emplacement vraiment central, près dès quais de la Neva. Sachez que j’adore visiter les appartements des autres et qui plus est dans un pays étranger, je suis donc ravie à l’idée d’approcher d’un peu plus près la véritable culture Russe. L’immeuble est assez ancien, plutôt bourgeois dirais-je, immenses escaliers et plafonds hauts. A l’ouverture de la porte, qu’elle ne fut pas ma surprise de me retrouver dans une Komunalka ! Vous allez me dire une quoi ? Rouvrez vos livres d’histoire et souvenez-vous de ces fameux appartements partagés ! Un appartement pour plusieurs familles, si on aime la promiscuité et le confort sommaire c’est parfait…

Bref, la première chose que je me suis dite « cool, un bon article à poster sur mon blog ! »  En un pas, j’ai fait un voyage à travers le temps, j’ai eu l’impression de me retrouver dans les années soixante, je ne savais pas que ce type de logement existait encore. Apparemment c’est encore assez commun à Saint-Pétersbourg et cela permet de se loger à un prix raisonnable. Ici la pièce se loue 250€ /mois et se vend environ 20000€.

Il s’agit en fait de magnifiques appartements confisqués à l’époque de la révolution. Les communistes avaient décidé que la propriété privée c’était mal et avoir de beaucoup de sous rien que pour soi encore plus ! Ils ont ainsi été divisés et mis à disposition de plusieurs familles. Ces Komunalka ont d’ailleurs était très commodes lors de l’industrialisation de la Russie quand il a fallu loger toutes les personnes issues de l’exode rurale. Moi qui aime tant les immeubles bourgeois, je trouve que c’est un gâchis sans nom, fichtre ! On y voit encore les parquets flottants, les immenses pièces et les moulures aux plafonds…. Mais nous ne sommes pas là pour parler architecture intérieure…

Comment fonctionne la Komunalka ? Et bien, le matin mieux vaut ne pas être pressé pour prendre sa douche (ni même être très regardant sur la propreté et la vétusté des sanitaires), la cuisine est équipée de plusieurs gazinières, les toilettes, il y en a deux  et les lave-linges…. Au moins trois. Nous sommes assez loin du principe de la colocation (même si Nikita partage son appartement partagé avec des colocataires,  ça fait un peu poupée gigogne tout ça…).

En France, la fondation l’Abbé Pierre serait déjà montée au créneau depuis bien longtemps, en Russie, c’est simplement tout à fait normal.

Je tenais absolument à vous faire partager cette expérience qu’on ne vous présentera dans aucun guide touristique !

Laura

Repas d'anniversaire avec salades à la russe (mayonnaise, mayonnaise, mayonnaise), poissons et un peu d'alcool.

Tatiana et moi dans la cuisine de l'appartement

Cuisine de la Komunalka

Salle de bain avec tout le confort moderne !

Moi dans la salle de bain

Couloir de l'appartement, je ne peux expliquer la présence de ces nombreux écrans d'ordinateurs abandonnés...


%d blogueurs aiment cette page :