La pression du camion !

7 Déc

Tout d’abord commençons par planter quelques bases de logistique.  Pour faire fonctionner une usine, il vous faut : du personnel, quatre murs, un toit, des machines et de la matière première.

Sans ce dernier élément, difficile de transformer quoi que ce soit. Dans l’industrie plastique, nous utilisons cette chose étrange en granulés appelée : le Polypropylène.  (Le polypropylène (ou polypropène) isotactique, de sigle PP (ou PPi) et de formule chimique (-CH2-CH(CH3)-)n, est un polymère thermoplastique semi-cristallin de grande consommation.) c’est fait pour la minute culture.

Chaque mois il nous en faut des tonnes et des tonnes…  Nous mettons ça dans un camion et après une longue route,  plusieurs passages de frontières et quelques arrêts aux douanes le tout arrive à Luga !

Maintenant, petite question de logique : Quelle est la condition sine qua non pour faire avancer un poids lourd ? Du diesel ! Oui, mais aussi ? Des pneus ! Certes , et encore ? Un chauffeur ! Aller une dernière chance…. Heuuu…. Un moteur ? Bien vu mais il manque encore quelque chose !

C’est noir, long et  dur … une route , évidemment!!

Les routes ! Je vous en avais déjà parlé lors d’un précédent article.  ( On my way to work !)  D’ailleurs le fameux pont a finalement subi une véritable reconstruction, je vous laisse admirer les travaux .

 

le pont de Luga en reconstruction

le pont de Luga en reconstruction

 

Quand on dit que les russes ne parlent pas anglais, c'est faux ! Quelle prose...

Quand on dit que les russes ne parlent pas anglais, c’est faux ! Quelle prose…

 

Les routes donc: elles sont généralement dans un état désastreux et  la seule, l’unique qui mène à notre usine, j’ai nommé la grande’ « Bolshaya Zareshnaya »  ne fait pas exception à la règle.  Comme nous avons un minimum de savoir vivre, nous faisons reboucher les trous chaque année ! Mais cela ne suffit apparemment pas aux  administrateurs » locaux.

 

boites aux lettres

Nous sommes bien sur la большая заречная « bol’shaya zarechnaya»

Non seulement ils souhaitent que nous prenions en charge la reconstruction totale de la route, mais en plus en leur payant directement dans la poche la modique somme de… beaucoup de roubles (il y a souvent beaucoup de zéros dans les roubles) . Ils auraient l’amabilité de se charger « eux-mêmes » des travaux. Un cousin par-ci , hop un frangin par là, un patte graissée par ici… appelez ça du clientélisme, de la corruption ou de l’escroquerie

 Je vous rassure la position de notre directeur a toujours été ferme « non, nous ne cèderons pas au racket sinon, nous n’en finirons jamais de payer ».

Mais les russes ont de la suite dans les idées…

Pour nous mettre un petit coup de pression,  ils ont tout simplement eu le génie de poser un panneau « route interdite au camion ».  Et là vous faites le lien avec le camion, le polypropylène et tout le tintouin.  Pas de route : pas de camion. Pas de camion : pas de polypropylène. Pas de polypropylène : pas de production. Pas de production…. Pas de production (et là c’est la loose).

N’est-ce pas de toute grandeur ?  Mais chez Faurecia on ne va pas se laisser faire par un pauvre panneau.  Nous avons l’arme ultime : un sac poubelle.  (Première mesure préventive)

Obligation d'aller à droite, à gauche... pratique ! L'usine est en face .

 

Le sac poubelle ou comment modifier le code de la route

Le sac poubelle ou comment modifier le code de la route

 

Mais pas seulement,  nous avons aussi mené une action juridique avec la police et surtout, les employés ont rédigé une lettre ouverte dans le journal local.

 

Nous sommes en première page du journal local

Nous sommes en première page du journal local

Cet article rappelle à tout un chacun à quel point Luga est géré par des incapables qui n’ont pas compris qu’avoir une usine de 350 personnes dans un village en extinction comme celui-ci pouvait être une manne.

Ma partie favorite reste « de toute façon il y a des trous et des déchets dans tout Luga et pas un seul jardin d’enfant dans un état acceptable, je pense que tous les habitants de Luga seront d’accord avec nous »  aussi, ils expliquent que « dans cette usine il y a du travail avec un salaire fixe et assuré,  de la formation et la chance de travailler dans un groupe international ».

article Luga

 

Je suis plutôt fière de mes collègues qui s’offusquent d’une telle bêtise et qui (même si nous sommes à une échelle microscopique comparée à la taille du pays) luttent avec leurs moyens contre la corruption du quotidien.

Depuis tout est revenu dans l’ordre, les trous réapparaissent au fur et à mesure et personne n’a l’autorisation légale de bloquer nos livraisons ! C’est pas beau la vie ? On  a du plastique et on peut à nouveau vous fournir des planches de bord à foison !!

 

Des magnifiques couleurs d'automne à Luga

Des magnifiques couleurs d’automne à Luga

A bientôt, Laura

Publicités
En passant

Le blocage, était-ce de la paranoïa ?

20 Nov

J’ai le plaisir de vous annoncer (et j’espère que ça vous fait très plaisir !) que l’accès à mon blog ainsi qu’à la plateforme WordPress fonctionne à nouveau tout à fait normalement.

Tous les blogs même ceux traitants de l’opposition ou d’autre sujet qui fâche sont accessibles. Cependant, je n’ai pas d’explication aux accès limités intempestifs des semaines passées.

à bientôt, Laura

Vidéo

Vis ma vie à Luga

20 Nov

Comme vous le savez peut-être, je participe à Grand Prix V.I.E  Russie (si vous ne le saviez pas c’est alors qu’on ne se connait pas encore car j’ai parfois, comme qui dirait… une fâcheuse tendance au radotage et à l’over dosage.   Je travaille dessus, Julie me coache mais ce n’est pas facile, ça prend du temps).

Le Grand Prix V.I.E , quèsaco ? Pour faire simple : C’est un prix remis par Ubrifrance (Agence française pour le développement international des entreprises) et la Chambre de Commerce Franco-Russe qui récompense les V.I.E qui ont su s’impliquer dans leur mission.

Je me suis rendue à Moscou (où l’heure de pointe dans la ligne circulaire vous permet d’apprécier la promiscuité ainsi que de sentir le délicat toucher de la vitre du métro sur votre joue) afin de soutenir mon dossier.

Cela se passait devant un jury  d’expatriés français qui  vivaient déjà en Russie alors que je n’étais même pas née, qui ont des boulots vachement intéressants et qui en parallèle gèrent  tout plein d’activités extra professionnelles…

Pour cette fameuse présentation, j’ai tanné pendant deux mois une excellente réalisatrice vidéo et amie : Lucie de Ribier.

Je lui ai fourni des bouts de vidéos d’une qualité médiocre  avec une prise de son des plus pitoyables, des micros qui font des apparitions non contrôlées et des prises de vue dignes d’un blockbuster américain !

Bref, entre deux piges, du montage et un déménagement elle  a réussi à faire quelque chose avec les images tournées par « ЛИК-ТВ Луга , Лужская информационная компания » (Lik TV, Luga, société d’information de Luga).

Admirez le travail, cela vous donnera un petit aperçu des talents d’acteurs de notre équipe de choc et de ce que le terme « neiger » peut véritablement signifier.

Vis ma vie à Luga: la vidéo.

A bientôt, Laura

Mon blog est-il bloqué depuis la Russie ? Is my blog blocked from Russia ?

5 Nov

Je mets depuis plusieurs jours beaucoup (et même énormément) de bonne volonté pour mettre mon blog à jour.

Or, à chaque tentative de connexion, c’est la même rengaine, « Echec de chargement de la page, connexion au réseau impossible » etc etc.  bref uniquement ce genre de message qui vous met hors de vous « mais fichtre bougre diantre je ne comprends rien à l’informatique et cela ne marche pas !! »

Tentative depuis mon ordinateur professionnel au travail, après de nombreux essais, toujours rien. Enfin si une connexion en fin d’après-midi, mais toujours rien de bien concluant.

  • Solution N°1 – Donner un grand coup dans son ordinateur… peu efficace et peut engendrer une perte de données ainsi qu’une inutile dépense de 800€
  • Solution N°2 – Essayer de se reconnecter au moins 20 fois à la suite…entée, inefficace et mauvaise pour les nerfs.
  • Solution N°3 – Sortir se changer les idées,  aller dans un bon bar à St Petersbourg et oublier que l’on risque de perdre toutes ses données. Efficace pour les nerfs mais très peu pour la récupération de données.
  • Solution N°4 – communiquer avec des gens qu’y sont bons en informatique, un bon point, on commence à comprendre le problème.

Suite à ladite solution, ci-dessus exposée, en discutant avec mon frère qui s’y connaît plutôt bien sur la question informatique (et qui je pense adore qu’on le contacte dès que l’on a un problème avec notre compagnon le laptop…) je me rends compte qu’en France tout fonctionne pour le mieux ! Ah ah !! Gros point d’interrogation ??? Gros comme ça ????

En imitant une adresse IP Française (on croirait presque que je suis calée en informatique, non ?) tadamm !! Magie !! La connexion fonctionne de nouveau.

L’hypothèse est confirmée, WordPress est bloqué en Russie. Selon mon semblable le plus proche de moi ADNement parlant, il est possible que grossièrement certains blogs soient bloqués à cause de leur contenu et que, par la même occasion,  tous les blogs hébergés par WordPress subissent le même sort…. Peut-être est-ce aussi par fournisseur d’accès ? Bref, rien n’est clair pour le moment. 

Je vous tiendrai rapidement au courant de l’évolution, peut-être que d’ici quelques temps la situation sera rétablie… Affaire à suivre !

à bientôt,

Laura

La visite de la honte… A shameful exam… позорный медосмотр

5 Oct

Comme j’ai pu vous l’expliquer précédemment dans mon article  « de l’art de faire la queue en Russie » nous avons eu l’occasion Julie, Guillaume et moi de passer une « visite médicale » afin de valider notre permis de travail.

Ndlr : Julie et Guillaume sont mes deux compagnons de route dans l’expérience en Russie l’une a la crème fraîche en abomination et l’autre  déteste s’arrêter faire les courses après le travail, mais à part ça ils sont quand même super chouettes !

Bref, le jour de la visite je suis accompagnée de Guillaume et nous passons du temps , beaucoup de temps à attendre.

Nous nous trouvons plus on moins accompagnés d’un échantillon représentatif de l’immigration Russe (Caucasiens en masse, quelques thaïlandaises pour faire fonctionner les salons de massages et  les deux pauvres français que nous sommes). Sont aussi présents des Russes qui doivent trouver cette médecine moins coûteuse, qui habitent peut-être à côté ou tout simplement qui aiment les files d’attente et la promiscuité.

Cette visite n’a de médical que le pot dans lequel vous devez uriner en début de parcours et basta !

Je me demande bien comment d’un simple levé de T-Shirt la dermatologue évalue votre état de santé?

Que dire de la « нарколог » Narcolog (ou médecin spécialisé dans les drogues) qui vous demande simplement : « prenez-vous des drogues ? Héroïne, Cocaïne, Marijuana ? »  Montrez moi vos bras, c’est bon tout est OK. A ce type de questions, que sommes-nous supposés répondre ?? « Oh vous savez madame un petit joint de temps en temps n’a jamais tué personne… » ? Mais qui irait bien dire, « La cocaïne, uniquement le samedi et l’héroïne je garde ça pour les grandes occasions… ».

Dois-je aussi mentionner la prise de sang par une infirmière bouchère qui vous laisse un hématome ?

Vous vous demandez peut-être « Mais bon sang de bonsoir, où veut-elle bien en venir » ?

Ça vient, ça vient ! J’avais complètement baissé la garde lorsque j’ai compris que je passerai outre l’étape Gynécologue…   mais mince alors, je n’étais pas au bout de mes surprises.

Le clou du spectacle :  le voici !

Une porte devant laquelle tout le monde attend,  mon tour vient : j’entre.

Un gars en blouse blanche (certainement encore un type qui se prend pour un médecin) me reçoit accompagné d’une assistante des plus timides.

Là il voit que je suis Française et m’explique qu’il parle Allemand (l’info qui me fait une belle jambe, je ne suis Française, pas Allemande). Sur ce,  il me sort 3 mots dans la langue de Goethe et me demande de lever mon T-Shirt (un levé de T-Shirt, encore une fois ! ça a toujours fait ses preuves en médecine) mais aussi…… (attention ça devient hot !) mon soutien gorge …. Ok je lui montre la moitié d’un sein il est content.

Et Là il me demande de baisser mon pantalon… quoi ????? non mais что ? что ? что ? что ? что ? что ? Oui oui, le pantalon et tout ce qu’il y a en dessous.

Bon, bon, bon… ai-je le choix ? Non .

Par la force des choses, j’accepte mais pas aux yeux de Pervers Pépère, uniquement devant l’assistante, marché conclu.

Non seulement je me dénude mais on me demande aussi de faire part de mon anatomie anale la plus qu’intime. Au point où j’en suis… la tête en bas et les fesses écartées : la grande classe ! Et là on vit ce qui s’appelle « un grand moment de honte ».

Vous me direz « mais c’est médical bla bla bla» que nenni !! Aucune auscultation, rien, à peine si l’assistante y jette un œil, j’en suis presque vexée. Deux secondes chrono après je suis rhabillée , mon papier signé et je laisse la place à Guillaume… On verra ce qui l’attend.

Ce dernier ressortira deux minutes plus tard avec une version quelque peu différente de mon expérience, là on a fait plutôt dans la « verge ». Au moins tout aussi intéressant.

Quant à Julie qui y est passée deux semaines plus tard, toujours le même tordu avec sa blouse (et sans l’assistante)  mais là une version plus « féminine » de la visite.

Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire si vous voulez un permis de travail à St Petersbourg !

A bientôt, Laura

En passant

Les samedis communistes ,Субботники

1 Oct

Je viens de tomber sur une brève que je n’avais pas publiée… Quelle aubaine, je n’ai même pas à réfléchir et j’ai un petit article tout prêt !

Attention, article anachronique…

Une tradition à l’approche des beaux jours (qui n’arriveront maintenant que d’ici sept longs mois d’hiver…) et surtout à la fonte des neiges : le Subbotnik ou Субботник.

Si à l’époque de Lenin la pratique consistait à travailler certains samedis, en-dehors des heures rémunérées, afin d’aider à l’ « exaltante édification du socialisme », aujourd’hui cela consiste plus ou moins à faire disparaître les ordures qui étaient bien cachées sous les flocons pendant tout l’hiver et qui refont surface à peu près partout autour de vous, sur chaque chemin, dans chaque forêt et à côté de chaque rivière….

Dans notre usine, le directeur a trouvé l’idée plutôt innovante ! Résultat : déjà deux ans que je m’adonne à la pratique, je vous laisse admirer….             

Etre sexy en Gilet jaune ? Pourquoi pas ? Karl Lagerfeld l’a bien porté, je suis persuadée que ça peut être très à la mode.

En attendant, je suis tout à fait prête à me recycler dans l’entretien de surface, je crois que mon look est au point ! Entre ça et la blouse décidément, il semblerait bien (et je vous le confirme) que je ne bosse pas chez Chanel dans un bel arrondissement de Paris…

Mais une journée de Subbotnik c’est tout aussi efficace et bien moins cher qu’une entrée au Club Med Gym ! (et en plus on améliore son Russe) 

Image

Le matériel est prêt, le Subbotnik peut commencer.

photo dossier….
avec mon collègue Serguey, responsable en organisation industrielle.

Après l’effort, le réconfort, managers, ingénieurs et autres employés après une bonne séance de nettoyage.

à bientôt , Laura

On my way to work ! По дороге на работу ! En me rendant au travail

2 Sep

Si j’ai quitté ma Côte d’Azur natale et suis venue me perdre dans cette charmante bourgade délabrée qu’est Luga il doit bien y avoir une raison ?? Le travail en est une bonne !

Le boulot, vous savez cette chose qui ne court pas véritablement les rues en ce moment en France. (A vrai dire, c’est très surfait, ça consiste quand même à passer beaucoup de temps entre quatre murs derrière un écran d’ordinateur…)

Ce fameux travail, il faut bien s’y rendre quotidiennement.

Dès que les beaux jours sont revenus, nous avons choisi le vélo comme moyen de locomotion. Economique et respectueux de l’environnement, le vélo permet  aussi d’éliminer le sacré régime de l’hiver russe,  graisse de porc, patates, mayonnaise ainsi que toute installation inopportune de peau d’orange aussi connue sous le démoniaque nom de cellulite. Un deuxième avantage du vélo est  de passer outre le taxi de Luga, son attente interminable et son odeur de sale chien qui aurait trop forcé sur la cigarette.

Et voilà mon VTT sur le pont de Luga

Bref, il ne s’agit pas ici de vous faire un exposé sur le vélo mais plutôt de vous faire partager notre trajet matinal.

Une fois passée notre улица Свободы 42 « ulitsa svobody 42 » (rue de la liberté N°42) nous arrivons sur LE pont de Luga.

C’est d’ailleurs une des principales attractions touristique de la ville. (Du moins lorsque les français débarquent à Luga pour la première fois… ).

Une Jigouli à l'approche sur le pont troué !

Une Jigouli à l’approche sur le pont troué !

Comparable à un gruyère suisse (ou plutôt un emmental car le Gryuère n’a pas de trous) agrémenté de câbles métalliques hors d’âge, il est régulièrement (mal) reconstruit deux fois par an. Reconstruit n’est pas adapté, je dirais… rebouché !

Il est toujours surprenant de voir avec quelle rapidité  les trous peuvent réapparaître, à croire qu’il y a des petits lutins qui viennent chaque nuit avec leur maillet pour les reformer…

Admirez ces cratères, vous ai-je menti sur le côté emmental ?

Admirez ces cratères, vous ai-je menti sur le côté emmental ?

30 km/h me semble être la vitesse maximale que l’on puisse atteindre sur ce bitume d’un autre temps. Parfois quand cela fait vraiment longtemps que les trous n’ont pas été comblés on voit même l’eau de la rivière à travers…

Bassin de l’alcoolisme et du narcotisme plutôt que du sport universitaire…. Luga est tout de même doté d’un terrain de football (pour l’été) et de hockey sur glace (qui fonctionne l’hiver et non l’été bien évidemment) dans un état de délabrement avancé. En fait à peu près équivalent à celui du pont.

Et voici le fabuleux terrain de Hockey sur glace pour l'hiver (dans lequel la glace n'est d'ailleurs pas bien plane comme vous pouvez l'imaginer...)

Et voici le fabuleux terrain de Hockey sur glace pour l’hiver (dans lequel la glace n’est d’ailleurs pas bien plane comme vous pouvez l’imaginer…) et à côté le terrain de football.

Les 4km qui séparent notre appartement de l’usine sont plein de rebondissements…. Caché dans un renfoncement, un Bankomat ! (Récemment rénové d’ailleurs)  Mais qui a bien pu penser à une implantation si insensée… ??? En Russie ce sont des questions que je ne me pose plus.

Mais qu'est-ce qu'il se cache ici ??

Mais que se cache-t-il ici ??

Un distributeur automatique, quelle surprise ! Il y a même une palette au cas ou vous seriez trop petit....

Un distributeur automatique, quelle surprise ! Il y a même une palette au cas ou vous seriez trop petit….

Si vous pensiez qu'il n'y avait que Faurecia à Luga , que nenni, il y a aussi internationalement connu "Luga Abrasiv"

Si vous pensiez qu’il n’y avait que Faurecia à Luga , que nenni, il y a aussi l’internationalement connu « Luga Abrasiv »

Ensuite nous entamons la dernière ligne droite ! enfin… pas vraiment droite étant donné le nombre de fossés par lesquels elle est entrecoupée.

Vous vous demandez peut-être comment est-ce possible ? Certes les hivers sont rudes, certes les pneus cloutés n’aident en rien, mais la cause est bien plus profonde… : l’amour du travail mal fait !

Pourquoi faire un bon travail du premier coup ? Mieux vaut bâcler la chose et pouvoir s’y reprendre chaque année pour refaire encore et encore la route.

Bref, une belle leçon anti-chômage accompagnée d’un mélange de bakchich et de clientélisme à la russe!

La route vers l'usine

La route vers l’usine

Une camionnette russe en slalom.

Une camionnette russe en slalom.

Je peux vous assurer que conduire sur cette route c’est un peu comme faire de l’auto-tamponneuse :

1)      il faut oublier le principe de la conduite à droite , ici on conduit où l’on peut.

2)       Et comme les nids de poules (voire nids d’autruches) sont inévitables ça fait un peu « boiing, plouf, bouimm » ça secoue  dans la caisse !

Vous êtes bien chanceux d’avoir ces belles photos car à ma grande déception lors de mon retour de vacances… les trous ont été rebouchés !!!

Mis à part ça le paysage est typiquement russe et bucolique. Les petites datcha (que j’adore) aux potagers prolifiques longent la fameuse большая заречная  « bol’shaya zarechnaya» , des voitures rouillées s’entassent dans un jardin, on fait un coucou à Bob l’Eponge (ah non, oups c’est une poubelle, un véritable joyau de l’art contemporain) et on admire la forêt.

Une Datcha russe, maison typique

Une Datcha russe, maison typique

une petite Isba

une petite Isba

Comme on en trouve beaucoup en Russie, des "produkty" petites épiceries souvent ouvertes 24h/24

Comme on en trouve beaucoup en Russie, des « produkty » petites épiceries souvent ouvertes 24h/24

Que dire ? Cela fait partie des questions que je ne me pose plus....

Que dire ? Cela fait partie des questions que je ne me pose plus….

Un collector dans Luga, LA poubelle Bob l'Eponge ! Je la trouve tellement sympathique.

Un collector dans Luga, LA poubelle Bob l’Eponge ! Je la trouve tellement sympathique.

La forêt qui entoure l'usine

La forêt qui entoure l’usine

Et enfin…, clou du spectacle…. Notre belle usine ! Peut-être la plus belle réussite architecturale de Luga.

Une usine au milieu de la forêt c’est tout de même assez peu commun et je ne pense pas un jour retrouver un endroit où sur le chemin de retour je peux: prendre mon vélo, cueillir des myrtilles et caresser une chèvre.

Il n’y a qu’à Luga que l’on voit ça !

Vue extérieure de notre usine. Pas mal non ?

Vue extérieure de notre usine. Pas mal non ?

Je range le vélo, et voilà c’est parti pour une petite journée de plus en V.I.E !

à bientôt, Laura

%d blogueurs aiment cette page :